NOUVELLES

La Jordanie ouvre son premier camp pour les réfugiés syriens

29/07/2012 10:41 EDT | Actualisé 28/09/2012 05:12 EDT

ZATAARI, Jordanie (Sipa) — La Jordanie a ouvert dimanche son premier camp pour les réfugiés syriens fuyant les violences dans leur pays, les autorités estimant que l'augmentation importante de leur nombre ne leur laissait pas d'autre choix.

Les autorités d'Amman étaient réticentes à l'ouverture de ce camp, qui compte pour l'instant quelque 2.000 tentes blanches, probablement pour ne pas irriter le régime de Bachar el-Assad en concentrant les images de civils fuyant les attaques de ses forces militaires.

Mais avec 142.000 Syriens cherchant refuge chez leur voisin du Sud, les autorités jordaniennes ont annoncé qu'elles étaient obligées de réagir. D'autant qu'il peut y avoir, chaque jour, jusqu'à 2.000 nouveaux candidats à l'exil.

"La réalité nous a poussés à ouvrir ce camp", a déclaré le ministre de l'Intérieur Ghaleb Zoubi devant des responsables d'organisations humanitaires lors de l'ouverture du camp dans le hameau de Zataari, à environ 11 kilomètres de la frontière syrienne.

"Nous avons accueilli des Syriens dans nos maisons, en nombre même plus important que quand ils étaient hébergés dans des centres de rétention", a-t-il affirmé. "Cela a créé une pression sur la Jordanie, particulièrement en raison des pénuries d'eau et d'électricité auxquelles nous sommes confrontés."

La Jordanie est un des dix pays du monde les plus pauvres en terme de ressources en eau, et ses réserves d'électricité ont été brutalement réduites suite aux bombardements de militants radicaux sur un gazoduc qui alimentait, depuis l'Egypte, des centrales électriques.

En raison du poids que font peser les réfugiés sur le pays, Amman a lancé un appel à la communauté internationale pour l'aider financièrement à assumer cette charge.

Si la Jordanie a ouvert ses écoles et ses hôpitaux pour s'occuper des Syriens, elle continue aussi à accueillir des centaines de milliers de réfugiés palestiniens et irakiens.

Quelque 600 réfugiés devaient être accueillis dans le camp dimanche soir, selon un représentant du Haut commissariat aux réfugiés de l'ONU, Andrew Harper.

Au départ, ni la Jordanie ni l'ONU ne voulaient ouvrir un camp de tentes dans le désert, sous la chaleur, pendant le Ramadan, selon Andrew Harper. Mais il a reconnu que la crise ne leur avait pas laissé d'autre option. "Nous n'avons pas le choix. Les communautés jordaniennes sont submergées de Syriens", a-t-il souligné. Selon lui, les camps de transit du pays, destinés à accueillir 2.000 personnes, en reçoivent aujourd'hui cinq fois plus.

Le camp de tentes accueillera dans un premier temps quelque 5.000 réfugiés. Mais selon Andrew Harper, il pourrait si nécessaire en recevoir plus de 100.000.

pyr/AP-v0339

PLUS:pc