Huffpost Canada Quebec qc

Festival Juste pour rire : 30 fois sur le métier, un festival acclamé

Publication: Mis à jour:

C'est à 30 ans que les femmes sont belles, chantait Jean-Pierre Ferland. Or, si on en croit l'organisation du Festival Juste pour rire, qui traçait dimanche le bilan de son édition 2012, il y a lieu de croire que c'est à 30 ans que les festivals sont les plus attrayants. Gilbert Rozon, président-fondateur de la grande fête estivale de l'humour, a même parlé d'un 30e tour de piste « béni des dieux » pour « son bébé », envers lequel il nourrit encore les plus grandes ambitions.

« Le site extérieur, cette année, était plein du midi jusqu'au soir, a indiqué l'homme d'affaires en entrevue. C'était vraiment magnifique. Et les gens sont revenus à plusieurs reprises, on ne pouvait pas se lasser de ce site-là. Beaucoup de gens, dont plusieurs touristes, sont venus cinq, six, sept ou huit fois. Je rends hommage à la ville de Montréal, pour avoir fait un aussi beau Quartier des spectacles. Ça valait la peine d'en arracher pendant quatre ans, parce que c'est tellement beau ! »

Au total, entre un million et demi et deux millions de visiteurs ont foulé le sol de la Place des festivals entre le 12 et le 28 juillet. 300 000 billets ont trouvé preneurs pour les 250 spectacles offerts, dont 2000 représentations ont battu leur plein en salles et à l'extérieur. 4000 artistes francophones et anglophones, dont plus de 500 humoristes, ont pris part au mouvement. On se réjouit en outre de l'engouement suscité par le volet Zoofest et la portion anglophone du festival, Just For Laughs.

Au chapitre de ses coups de cœur, Gilbert Rozon a avoué avoir été franchement étonné du succès obtenu par le Passeport 30e (« on pensait en écouler 2000, mais il s'en est vendus près de 13 000 », a-t-il spécifié). La nouvelle formule des Galas, désormais d'une durée de 100 minutes, sans entracte, et les mises en scène « Le prénom » et « Chantons sous la pluie » ont également remporté la faveur du pilier de l'événement. On annonçait d'ailleurs, dimanche, que « Le prénom » serait présentée en supplémentaires au Monument-National, du 14 au 18 août.

Impact négatif

Monsieur Rozon n'a toutefois pas caché que les craintes qu'il avait publiquement exprimées, au début de l'été, à savoir que la contestation étudiante pourrait nuire aux différents rendez-vous culturels montréalais, se sont matérialisées de façon tangible.

« Il y a eu quelques manifestations, mais ça s'est plutôt bien passé, a-t-il précisé. Les étudiants avaient dit qu'ils ne toucheraient pas aux événements culturels, qu'ils s'attaqueraient surtout au Grand Prix. Mais moi, je suis solidaire du Grand Prix. C'est l'un des événements forts de Montréal. »

« Par ailleurs, c'est certain que ça nous a beaucoup ralentis dans les ventes de billets, a poursuivi l'homme. Tous les autres événements ont subi des baisses. Je crois qu'on va "faire nos chiffres" en termes de ventes, mais on a eu un retard d'un mois et demi qu'on a toujours voulu rattraper. Il y a eu un impact sur l'économie, tout le monde le sait. »

Lorsqu'on évoque l'éventuel 40e anniversaire du Festival Juste pour rire, Gilbert Rozon se contente de sourire. « Souhaitez-moi seulement la santé, a-t-il lancé en souriant. C'est la seule chose qui compte. On peut surmonter tous les problèmes si on a la santé! »

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Conférence de presse
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Juste pour rire - La Presse

La météo minimise l'impact des manifs | Spectacles | Spectacles | Le ...

Juste pour rire : une clôture signée « Star Académie »

Rozon ne regrette pas sa sortie contre les étudiants

Festival de jazz de Montréal : budget équilibré malgré une baisse ...