NOUVELLES

JO-2012 - Saint Kitts et Nevis exclut une sprinteuse pour dopage

29/07/2012 11:51 EDT | Actualisé 28/09/2012 05:12 EDT

La Fédération d'athlétisme de Saint Kitts et Nevis a annoncé dimanche l'exclusion de la délégation olympique de la sprinteuse Tameka Williams pour dopage.

"Le Comité olympique de Saint Kitts et Nevis a exclu la sprinteuse Tameka Williams de son équipe olympique 2012, à compter du samedi 28 juillet. Elle a quitté le village (des athlètes) pour Saint Kitts", a indiqué le SKNOC, dans un communiqué publié sur le site de la Fédération nationale d'athlétisme (SKNAA).

"Lors d'une discussion avec l'encadrement, Melle Williams a reconnu avoir utilisé une substance que le Comité olympique de Saint Kitts (SKNOC) considère comme en infraction avec le code médical international", poursuit le communiqué.

Interrogé par l'AFP, le vice-président de la fédération, Dennis Knight, n'a pas souhaité indiquer quelle substance exacte l'athlète avait prise.

"Nous demandons toujours à chacun de nos athlètes quelles vitamines, suppléments alimentaires ou quelle nourriture ils ingèrent", explique-t-il.

"A notre camp, vous avez toutes sortes de professionnels et d'experts sur ces questions qui viennent discuter avec les athlètes... et c'est dans le cadre d'une discussion de ce type qu'elle a dit à son encadrement qu'elle avait utilisé cette substance", a expliqué M. Knight.

Tameka Williams, 22 ans, est spécialiste du 100 et du 200 m.

Elle avait explosé ses performances cette année sur les deux distances, gagnant un peu plus de 20 centièmes sur la distance reine pour porter son record personnel à 11 sec 18/100e, et plus d'une demie seconde sur le 200 m (22.45).

Elle a notamment participé au 100 m du meeting de Ligue de diamant de Crystal Palace (banlieue de Londres) à la mi-juillet, mais sans briller (4e de sa demi-finale).

"Elle a passé un test antidopage très récemment", a poursuivi Dennis Knight. "Pendant nos sélections nationales en juin, nous avons procédé à des tests, au hasard, et il se trouve qu'elle faisait partie des athlètes testés. Elle était propre", a ajouté le vide-président de la Fédération.

"Je ne sais pas si elle a craint quelque chose, je ne peux pas le dire (...) C'est une jeune femme, elle a 22 ans. Je pense qu'elle peut envisager de participer encore à deux jeux Olympiques. Nous pensons qu'il est nécessire de faire tout ce que nous pouvons pour l'aider à poursuivre sa carrière", a-t-il conclu.

Cette exclusion, prononcée par la fédération de Saint Kitts et Nevis, un archipel des Caraïbes, intervient alors que le Comité international olympique (CIO) a annoncé dimanche la suspension à titre provisoire de la gymnaste ouzbèke Luiza Galiulina, contrôlée positive au furosémide.

Samedi, l'haltérophile albanais Hysen Pulaku avait quitté les JO, après une contrôle positif au stanozolol (stéroïde anabolisant).

Jeudi, à la veille de la cérémonie d'ouverture, les portes de Londres s'étaient fermées pour deux haltérophiles turcs, un discobole hongrois et un sauteur en hauteur grec, tenant du titre mondial en salle.

pga-th-fbr/heg

PLUS:afp