NOUVELLES

JO-2012 - Cyclisme dames: déclarations

29/07/2012 12:40 EDT | Actualisé 28/09/2012 05:12 EDT

Marianne Vos (NED), médaillée d'or: "J'ai sprinté jusqu'à la ligne. Je n'avais que ça en tête, franchir la ligne la première. Ca paraît simple mais c'est compliqué à faire ! Sur le Mall, c'était comme un mur sonore. Ce que j'ai ressenti après la ligne d'arrivée est indescriptible. Evidemment, j'étais un peu nerveuse. J'attendais ce titre depuis quatre ans, depuis Pékin. La préparation ne s'est pas faite facilement. Je suis tombée (fin mai), j'ai été blessée (fracture de la clavicule). Mais, aujourd'hui, c'était un timing parfait. Le plan était de rendre la course dure, la plus dure possible. Il n'y pas eu beaucoup d'équipe pour aller de l'avant mais Ellen (Van Dijk) et Loes (Gunnewijk) ont très bien fait. Quand nous sommes arrivées sur le circuit de Box Hill, il y avait beaucoup de vent. C'était difficile de sortir à ce moment-là. Ensuite, ça a pu se faire. Nous étions quatre puis Shelley Olds a crevé. C'était en notre faveur, bien sûr, parce qu'à trois, chacune savait qu'elle était assurée d'une médaille."

Elizabeth Armitstead (GBR), médaillée d'argent: "Je suis heureuse de cette médaille. Même si je suis un peu partagée. Nous voulions une course agressive. Peut-être aurais-je dû attaquer (Marianne Vos) plus tôt. Nous avions vu la course des hommes, nous savions qu'il serait très difficile de rentrer sur un groupe d'attaquants. Vos était celle à surveiller, je l'ai suivie."

Olga Zabelinskaya (RUS), médaillée de bronze: "J'ai couru à l'instinct, sans tactique préétablie. J'ai senti que je pouvais y aller et j'ai attaqué. Je ne m'attendais pas à cette médaille. Je n'osais en rêver !"

jm/ep

PLUS:afp