Huffpost Canada Quebec qc

Le carré rouge suit Charest au Vermont

Publication: Mis à jour:
CARRE ROUGE BANQ
Crédit photo: Myriam Lefebvre

Le symbole de la lutte étudiante au Québec suit le premier ministre Jean Charest en déplacement au Vermont. Des environnementalistes ont manifesté dimanche à Burlington, arborant le carré rouge, à la veille de la 36e réunion annuelle des gouverneurs de la Nouvelle-Angleterre et des premiers ministres de l'Est du Canada.

Avant même que les discussions ne soient entamées, entre 500 et 600 personnes ont participé à un rassemblement devant l'hôtel de Ville.

Les manifestants ont dénoncé l'exportation de pétrole issu des sables bitumineux vers les États-Unis, ainsi que le projet d'Hydro-Québec de construire des lignes de transport d'hydro-électricité vers le Nord-Est américain.

Plusieurs arboraient le carré rouge, tandis que d'autres frappaient sur des casseroles pour appuyer le mouvement étudiant québécois et dénoncer les politiques « néolibérales ».

Selon le site internet du Burlington Free Press, la police, en tenue anti-émeute, aurait lancé des balles de caoutchouc et du poivre de cayenne vers des manifestants à l'extérieur de hôtel où a lieu le sommet. Le site ne rapporte aucune arrestation ni aucun blessé grave, mais ces informations n'ont pu être confirmées.

Énergie et transport au menu

La conférence, qui réunit les leaders de la région de dimanche à lundi, est coprésidée par Jean Charest. L'énergie et le transport seront les principaux points à l'ordre du jour.

Les États de la côte est américaine souhaitent plus d'énergie propre. Lors des discussions, l'hydroélectricité du Québec pourrait être présentée comme une solution. Les gouverneurs et premiers ministres se pencheront également sur le potentiel représenté par les véhicules électriques.

Les leaders échangeront finalement sur des problèmes de transport, notamment sur la nécessité de maintenir la fluidité de la circulation à la frontière canado-américaine, malgré les mesures de sécurité renforcées, afin de ne pas affecter le tourisme et le commerce.

Autre sujet abordé : les inondations qui ont frappé à la fois le Richelieu et lac Champlain. Une commission avait été formée pour étudier le problème et devrait présenter les conclusions de ses travaux à l'automne.

Le Québec accueillera la 37e conférence en 2013.

Inquiétudes

Selon l'activiste David Stember de l'organisme 350.org, le pétrole issu des sables bitumineux « est bien plus dangereux à transporter que le pétrole classique ». « Le plus inquiétant, c'est qu'on parle de pipelines vieux de 50-60 ans qui traversent des corridors naturels », a-t-il affirmé lors de la manifestation.

Des Autochtones du Nord du Québec en profiteront également lundi pour exposer aux chefs de gouvernement leurs inquiétudes devant les travaux à grand déploiement d'Hydro-Québec dans leur région.

« Quand M. Charest vient ici pour vendre de l'électricité, on se dit qu'il vend quelque chose [auquel nous nous sommes opposés] », s'est insurgée Justine Vollant, de la communauté innue de Sept-Îles-Maliotenam, lors d'une manifestation à Burlington réunissant quelques dizaines de détracteurs de divers projets reliés à l'énergie.

La communauté autochtone de la Côte-Nord n'a toujours pas donné son consentement à la construction des lignes de transport qui doivent désservir le complexe hydroélectrique La Romaine.

« Il est clair que les gouverneurs et les premiers ministres se rencontrent pour parler d'échanges économiques, d'énergie et d'infrastructures, a déclaré Avery Pittman, porte-parole des manifestants. Il donnent définitivement priorité aux profits et à l'accumulation de revenus, plutôt que de se pencher sur les besoins des gens ou sur l'impact que ces propositions ont sur nous, les gens qui vivent sur ces territoires et qui sont affectés par leurs décisions, » a déploré Mme Pittman.

Sur le web

Le carré rouge suit Charest au Vermont