NOUVELLES

L'armée syrienne a lancé sa contre-offensive à Alep (ONG syrienne)

28/07/2012 01:34 EDT | Actualisé 26/09/2012 05:12 EDT

L'armée syrienne a lancé samedi sa contre-offensive pour reprendre les secteurs rebelles à Alep, deuxième ville de Syrie et enjeu crucial du conflit, ont affirmé des militants.

Les renforts qui se massent depuis des jours aux abords de la métropole "se dirigent vers le quartier Salaheddine, qui compte le plus grand nombre de rebelles", a affirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, président de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, une organisation qui base ses informations sur des militants sur place.

"Les combats les plus violents depuis le début de la révolte ont lieu dans plusieurs quartiers", a-t-il précisé, ajoutant "on peut dire que l'assaut a commencé".

Des affrontements se déroulaient notamment aux entrées de Salaheddine, situé dans le sud-ouest de la capitale économique du pays et bombardé depuis le lancement de l'assaut.

La Commission générale de la révolution syrienne, autre réseau de militants, faisait également état de renforts de l'armée à Salaheddine "au milieu de tirs nourris de mitrailleuse lourde" et de combats entre les militaires et les rebelles.

Les insurgés sont retranchés notamment dans les quartiers sud et sud-ouest de la métropole.

Selon l'OSDH, un grand mouvement d'exode se produit actuellement du quartier d'al-Soukkari (sud) après la chute d'obus et de violents accrochages ont éclaté dans le secteur de Hamdaniyé (ouest).

L'assaut a été donné plus d'une semaine après l'ouverture de ce nouveau front le 20 juillet, l'armée ayant pu reprendre le dessus dans la capitale Damas qui a également connu de violents combats dans les quartiers hostiles au régime du président Bachar al-Assad.

Plusieurs pays occidentaux avaient exprimé leur préoccupation face à la perspective d'un assaut contre les rebelles, Washington évoquant la possibilité d'un "massacre" et condamnant "l'agression haïssable et répréhensible des forces d'Assad contre ce centre de population civile".

Une source de sécurité syrienne avait affirmé vendredi que les rebelles étaient retranchés dans des ruelles très étroites, ce qui rendra difficile la bataille.

L'OSDH a dit craindre des "centaines de morts" dans l'assaut de l'armée.

Selon des informations recueillies par un correspondant de l'AFP sur place, les rebelles n'ont lancé aucune opération importante depuis deux jours, économisant leurs quelques munitions de roquettes antichars de type RPG.

De nombreux habitants ont quitté la ville et ceux qui sont restés ont désormais de grandes difficultés à se ravitailler en pain, a-t-il constaté.

Selon les experts, cette bataille est extrêmement importante pour les deux parties, le régime comptant sur ses alliés parmi les riches commerçants de la ville pour financer une partie de son effort de guerre, et les rebelles aspirant à rééditer le schéma libyen avec Benghazi en créant une zone protégée.

La communauté internationale écarte tout scénario d'intervention militaire en Syrie.

ram/tp/sb

PLUS:afp