NOUVELLES

JO-2012: les commentateurs en Arabie saluent la présence de Saoudiennes

28/07/2012 09:16 EDT | Actualisé 27/09/2012 05:12 EDT

Les commentateurs saoudiens ont salué samedi la première participation d'athlètes féminines du royaume ultra-conservateur aux jeux Olympiques, mais critiqué le fait qu'elles aient défilé derrière les hommes lors de la cérémonie d'ouverture.

Sur la toile, la participation des deux Saoudiennes aux JO a néanmoins aussi suscité de vives critiques, certains internautes du Golfe demandant l'"arrêt de la participation des femmes aux jeux Olympiques" et d'autres les qualifiant de "prostituées des jeux Olympiques".

"Enfin, l'équipe saoudienne a des hommes et des femmes", a affirmé la journaliste Haifa al-Zahrani sur sa page Twitter.

"Le royaume brille avec ses fils et ses filles à Londres", a écrit pour sa part l'éditorialiste Jamal Khashoggi sur le site de microblogs.

L'Arabie saoudite, qui applique une interprétation rigoriste de l'islam, a autorisé pour la première fois des athlètes féminines à participer aux JO à condition qu'elles respectent un strict code vestimentaire.

Durant la cérémonie d'ouverture vendredi soir au stade olympique de Londres, les deux Saoudiennes, la judokate Wodjan Shahrkhani et la coureuse de 800 mètres Sarah Attar, vêtues d'une abaya (longue robe traditionnelle) noire et brandissant le drapeau saoudien, marchaient derrière leurs collègues masculins.

"Les femmes saoudiennes étaient derrière alors que d'autres délégations avaient des femmes devant, dont certaines portaient même le drapeau", a déploré la militante des droits de l'Homme Manal al-Chérif.

Le Qatar voisin avait par exemple désigné Bahiya al-Hamad, championne de tir, pour porter son drapeau lors de la cérémonie.

Mme Chérif est l'icône d'une campagne lancée l'année dernière pour obtenir le droit pour les Saoudiennes de conduire. Elle avait été maintenue 10 jours en détention en 2011 après avoir diffusé sur YouTube une vidéo dans laquelle on la voyait au volant d'une voiture.

"L'Arabie saoudite restera en arrière aussi longtemps que les femmes resteront sur la banquette arrière", a-t-elle affirmé.

La princesse Bassma bint Saoud ben Abdel Aziz a salué l'équipe saoudienne mais s'est aussi étonnée: "je ne comprends pas pourquoi les hommes ont marché devant les femmes!"

Les journaux locaux n'ont pas fait état de la participation de Saoudiennes aux JO, dont la cérémonie d'ouverture a d'ailleurs fait l'objet d'une faible couverture, en raison peut-être du décalage horaire avec Londres.

Le patron du sport saoudien, le prince Nawaf ben Fayçal, avait exigé début juillet une tenue islamique, la présence d'un parent proche et la non-mixité pour accepter la participation de Saoudiennes aux Jeux de Londres.

Néanmoins, hommes et femmes partageront les lieux d'entraînement et d'échauffement lors des épreuves de judo, et combattront non loin les uns des autres sur les tatamis.

Jeudi, la Fédération internationale de Judo a interdit à Mme Shahrkhani de porter le foulard islamique pendant ses combats, entraînant une réclamation de la délégation saoudienne.

str-ak/srm/cco/sbh/jmt

PLUS:afp