NOUVELLES

JO-2012: la cérémonie d'ouverture a séduit la presse internationale

28/07/2012 08:23 EDT | Actualisé 27/09/2012 05:12 EDT

La cérémonie d'ouverture inventive des JO de Londres a recueilli samedi les éloges de la presse internationale, séduite par ce spectacle à l'humour "so british" et à taille humaine, malgré des références culturelles parfois difficiles à capter à l'étranger.

Aux Etats-Unis, où la chaîne NBC, détentrice des droits de retransmission, a décidé de diffuser la cérémonie en différé, privant du coup les Américains du direct, la presse n'en a pas moins salué aussi la performance: un joyeux "fouillis festif et fantaisiste", selon le New York Times.

"Si la cérémonie d'ouverture des JO de Londres a parfois eu des allures de grande +private joke+, le message envoyé par la Grande-Bretagne a résonné haut et clair: nous n'avons pas toujours été votre tasse de thé, mais vous connaissez - et bien souvent appréciez - néanmoins notre culture", expliquait le Washington Post.

Pour Le Wall Street Journal, la "vraie vedette" de ce spectacle, "c'était la reine" lors de son morceau de bravoure aux côtés de James Bond.

L'agence de presse Press Trust of India, elle, jugeait que Londres avait offert au monde "une image vibrante de son riche patrimoine et de sa culture".

En Australie, pays hôte des Jeux il y a douze ans, la presse était également élogieuse, notamment la chaîne ABC qui a décrit la cérémonie comme "fantasque, débridée et très britannique".

Le spectacle "ne se prenait pas trop au sérieux, sans être jamais futile. Il était irrévérencieux, mais pas irrespectueux, il était intelligent sans être trop intellectuel. Il était à la fois subversif et sublime", approuvait le Sydney Morning Herald. Et il avait "l'esprit qu'il manquait" à celui des JO de Pékin.

En Europe, le quotidien Süddeutsche Zeitung a complimenté le réalisateur Danny Boyle pour "avoir rendu les JO à ceux à qui ils appartiennent: les participants".

"La nouvelle James Bond girl a 86 ans", écrivait Die Welt, revenant sur le saut en parachute d'une doublure de la reine Elizabeth depuis un hélicoptère, "sommet spectaculaire et humoristique" de la soirée.

Même son de cloche en Italie.

"Comparé à ce qu'il s'est passé il y a quatre ans, tout a changé: le pays hôte des JO n'est plus une puissance émergente, mais une vieille gloire, capable d'ironie", notait le Corriere della Sera, plus gros tirage de la presse italienne. "Même les moments les moments plus kitsch semblaient poétiques".

bur-na/jmt

PLUS:afp