NOUVELLES

JO-2012 - Voile: avantage aux Britanniques dans leurs eaux

28/07/2012 07:35 EDT | Actualisé 27/09/2012 05:12 EDT

Les Britanniques, dans leurs eaux et hyper motivés, comptent parmi les grands favoris des épreuves de voile des JO-2012 qui commencent dimanche à Weymouth (sud), mais ils devront se méfier de leurs "cousins" australiens, néo-zélandais et américains.

Fidèles à l'esprit commando qui les transcende à chaque rendez-vous important, les Britanniques ont préparé les Jeux avec détermination et rigueur, tractés par une locomotive d'exception, le Finniste Ben Ainslie, l'un des meilleurs régatiers de tous les temps.

Ainslie tentera de décrocher à Weymouth une 4e médaille d'or, après les 3 déjà récoltées: une en Laser (2000), deux en Finn (2004 et 2008). Le Britannique de 35 ans domine outrageusement le Finn (6 titres de champion du monde) et on ne voit pas bien qui pourrait lui contester le titre suprême.

S'il y parvient, Ainslie rejoindra le Danois Pol Elvstrom -une médaille d'or en Firefly (1948), trois en Finn (1952, 1956 et 1960)- au Panthéon de la voile.

Les Britanniques seront redoutables dans toutes les autres séries, en particulier en Star avec le tandem Ian Percy/Andrew Simpson, en 470 masculin (Luke Patience/Stuart Bithell), féminin (Hannah Mills/Saskia Clark) et en match racing féminin (Lucy Mcgregor/Mary Rook/Annie Lush).

Les Australiens ont pour leur part largement dominé la Sail for Gold 2012 début juin. Tom Slingsby (Laser), Mathew Belcher/Malcom Page (470), Nathan Outteridge/Iain Jensen (49er) et Olivia Price/Nina Curtis/Lucinda Whitty (match racing) ont ramené de l'or de ce dernier grand rendez-vous d'avant les JO à Weymouth.

Les Néo-Zélandais disposent d'un vivier quasi-inépuisable de talents et seront eux aussi très dangereux (notamment en 470 masculin et féminin).

Quant aux Américains, les autres nations seraient bien avisées de s'en méfier: "aux JO, ce sont des tueurs", prévient le DTN français Philippe Gouard. La France, l'Espagne, les Pays-Bas et le Brésil devraient également décrocher des médailles à Weymouth. Un plan d'eau qui "correspond assez bien aux gabarits" anglo-saxons, souligne toutefois Gouard.

heg/jr

PLUS:afp