NOUVELLES

JO-2012 - Natation - Relais 4x100 m - L'Australie, la nouvelle superpuissance

28/07/2012 09:52 EDT | Actualisé 27/09/2012 05:12 EDT

James Magnussen, le grand favori sur 100 m libre en individuel, va connaître son baptême du feu aux JO dimanche à Londres avec le relais 4x100 m australien, qui a tous les atouts pour détrôner les Etats-Unis.

Avec Magnussen, le champion du monde 2011, et James Roberts, l'Australie possède les deux nageurs les plus rapides de la saison sur 4x100 m.

Elle peut aussi compter sur l'ancien recordman du monde Eamon Sullivan et sur Matthew Targett, sacré champion du monde avec le relais australien l'an passé à Shanghai.

Magnussen, surnommé le "Missile" après s'être révélé aux yeux du monde aux Mondiaux, est devenu en mars le nageur le plus rapide de l'histoire sur 100 m sans combinaison (47 sec 10/100).

A titre de comparaison, le meilleur Américain, Nathan Adrian traîne à exactement une seconde (48.10) dans les bilans mondiaux. Roberts a réussi, lui, un chrono de 47.63.

Les Américains ont remporté huit des dix médailles décernées aux JO dans cette épreuve. L'Australie a été sacrée en 2000 à Sydney, et l'Afrique du Sud en 2004 à Athènes.

Mais même si le titre semble promis à l'Australie, les Etats-Unis ne sont pas décidé à abandonner leur bien sans combattre.

En témoigne la décision de Michael Phelps de ne pas s'aligner sur 200 m nage libre, qui "lui permettra de consacrer plus d'énergie aux relais", selon son entraîneur Bob Bowman.

Bowman ne doute pas de la détermination de son poulain. "Nous avons conscience du défi qui nous est proposé", a-t-il dit. "Et peut-être serons-nous mieux préparés que les gens ne le pensent".

Les Américains ont démontré qu'ils avaient de la ressource à Pékin, où le vétéran Jason Lezak avait surgi dans la dernière longueur pour devancer le Français Alain Bernard et permettre à Phelps de rester en course pour le record de 8 médailles d'or, qu'il avait finalement décroché.

Derrière les deux monstres, les Français seront de sérieux outsiders. Ils espèrent profiter du fait qu'ils sont cette fois-ci moins attendus qu'il y a quatre ans.

"Les Australiens sont les favoris, mais nous savons par expérience que ce n'est pas toujours une bonne chose", remarque le responsable de l'équipe française, Christian Donzé.

"Il y a trois ou quatre autres équipes qui peuvent être sur le podium. Les Etats-Unis, la Russie, la France, et peut-être l'Italie et le Brésil", estime-t-il.

Les Australiens ont tenté de faire profil bas, même si les informations selon lesquelles ils se seraient eux-mêmes qualifiés d'"armes de destruction massive" a fait couler beaucoup d'encre.

A Shanghai, le relais australien, composé de Magnussen, Targett, Matt Abood et Sullivan, avait devancé la France de 14/100e, les Etats-Unis prenant la 3e place.

Avec Roberts, il s'enrichit d'un nouvel élément de classe et bénéficie aussi du fait d'avoir une hiérarchie mieux établie que les Français et les Américains.

bb/cyb/heg

PLUS:afp