NOUVELLES

JO-2012 - La presse européenne salue l'inventivité et l'humour "british"

28/07/2012 07:30 EDT | Actualisé 27/09/2012 05:12 EDT

La presse européenne a salué samedi l'inventivité et le sens de l'humour britanniques, mis à l'honneur lors de la cérémonie d'ouverture des JO de Londres, totalement différente de celle des JO-2008 à Pékin.

"Après la brutalité fasciste et écrasante de l'ouverture des jeux de Pékin, le sentimentalisme assumé de Danny Boyle avait plutôt bon goût, estime Politico, journal de référence au Portugal. (...) La cérémonie fut agréablement mégalomaniaque. Boyle n'a pas hésité à mettre non seulement tout ce qui lui passe par la tête mais aussi tout ce qui peut passer par la tête des gens qui habitent là-bas".

Le tabloïde autrichien Kronen-Zeitung estime que la cérémonie "était moins impressionnante qu'il y a quatre ans à Pékin mais elle réchauffait davantage les coeurs".

"Tout a changé en quatre ans. Le pays hôte des Jeux n'est plus une puissance émergente mais une vieille gloire, capable d'ironie", juge le Corriere della Sera en Italie.

Le rôle tenu par la Reine Elizabeth II a particulièrement marqué les quotidiens européens. "La nouvelle James Bond girl a 86 ans", résume le journal allemand Die Welt au sujet de la doublure de la souveraine qui a sauté en parachute depuis un hélicoptère, "sommet spectaculaire et humoristique" de la soirée.

"Wow, quel spectacle!" s'enthousiasme le site internet du quotidien populaire Bild. "Des stars et des princes. Des rois et des artistes, ce show débordait de VIP".

Le Süddeutsche Zeitung complimente le metteur en scène Danny Boyle pour "avoir rendu les JO à ceux à qui ils appartiennent: les participants".

"Londres est bruyant, dingue, tout sauf parfait et toujours enclin à l'auto-ironie. C'est ce que devait montrer la cérémonie d'ouverture - et ça a marché", relève encore le SZ en ligne.

"Cool Britannia", titre le site internet Spiegelonline. "Même si le metteur en scène Danny Boyle a eu parfois un peu trop d'idées, les Jeux ont connu un bon début", juge-t-il.

La presse autrichienne est au diapason. "Il reste à prouver que cela valait la peine de dépenser 34 millions d'euros mais cette très, très grande cérémonie d'ouverture était très certainement impressionnante", écrit Der Standard, alors que les Italiens saluent eux "the British spirit". "Humour, classe et culture: ce fut un triomphe de l'esprit britannique, et il y avait de l'espoir pour l'avenir", écrit La Stampa.

Seule note discordante, le quotidien espagnol El Mundo, qui parle d'"un hommage halluciné" de Danny Boyle. El Mundo ajoute, à propos des Britanniques, que "personne n'est capable de prendre sa monarchie aussi sérieusement et d'en plaisanter". "Quelqu'un devrait réfléchir sur le côté prétendument spectaculaire des mouvements de masse désordonnés", poursuit-il, avant de conclure: "le dernier film de Boyle est +Disappointing+".

En France, L'Equipe juge ces JO "déjà magiques" et salue "un spectacle grandiose". "La cérémonie d'ouverture offerte hier au monde entier par les Britanniques a été exceptionnelle d'audace, de poésie et d'humour", écrit le quotidien sportif.

"JO 2012: la flamme est déclarée", s'amuse Libération, qui met à la Une l'image des cinq anneaux olympiques en fusion s'élevant du stade "dans une odyssée extraordinaire".

"Ouverture royale pour les jeux Olympiques", juge Le Figaro.

"Histoire, magie et émotion": Le Parisien résume ainsi le "spectacle grandiose" offert vendredi soir.

bur-pga/heg/el

PLUS:afp