Pour son troisième film Mince alors!, la réalisatrice, scénariste et actrice française Charlotte de Turckheim a voulu parler d'un sujet qui lui tenait à cœur depuis longtemps : l'obésité. Avec humour et bonne humeur, la cinéaste n'hésite pas à dénoncer du coup le culte de la minceur.

«J'ai moi-même été particulièrement concernée par le poids. Il y avait les pressions de la société, les journalistes ou bien les amies qui me conseillaient de perdre les kilos en trop. Un harcèlement permanent qui vient principalement des femmes», a déclaré la réalisatrice en entrevue téléphonique de Paris.

Le plus grave pour Charlotte de Turckheim, c'est la tendance à vouloir toujours plus de minceur qui vire aujourd'hui à la maigreur. «J'ai dû quitter un défilé de mode tellement j'étais écœurée par ce que je voyais», déclare-t-elle.

D'un autre côté, les personnes corpulentes n'auront jamais été aussi nombreuses. «Il y a de plus en plus d'obèses, même les enfants sont touchés», ajoute-t-elle. Mince Alors ! joue donc sur l'opposition entre l'image de maigreur demandée par les publicitaires et l'augmentation alarmante de l'obésité dans nos sociétés.

On y fait la connaissance de Nina, charmante jeune femme qui dirige avec son mari Gaspard une compagnie de maillots de bain. Son conjoint lui offre un cadeau atypique et pas très galant : un séjour à Brides-les-Bains pour une cure d'amaigrissement. Pour endosser le rôle principal interprété ici par Lola Dewaere, la réalisatrice admet avoir eu du mal à trouver la comédienne idéale. «Il me fallait une actrice qui soit à la fois jolie, talentueuse et ronde. Je peux vous dire qu'en France, c'est difficile à trouver».

Malgré le sujet sérieux, c'est pourtant sur le mode humour que Charlotte de Turckheim construit son long métrage. «L'humour est un procédé direct et très doux de dire les choses franchement. Excusez-moi du jeu de mots, mais je voulais vraiment traiter le surpoids sur un ton léger», affirme-t-elle.

Bien que le film soit drôle et empli de bonne humeur, le tout ne vire jamais dans la moquerie. «Lors du tournage, c'était important pour moi d'osciller entre rires et émotions», raconte la cinéaste qui avoue avoir vécu une expérience touchante. « Il y a eu des moments difficiles. Les gros ne montrent jamais leur corps et certains acteurs qui dépassent les 100 kilos ont vécu les scènes qu'ils jouaient comme une véritable thérapie».

N'empêche, la réalisatrice n'a pas voulu faire la morale à quiconque. «Ce n'est pas un film à message, sinon celui d'accepter la différence», ajoute-t-elle.

Mais la cinéaste n'est pas dupe et voit dans le surpoids une souffrance au quotidien. «Aux États-Unis, l'obésité est considérée comme une particularité physique alors que c'est davantage un problème qui a des conséquences sur la qualité de vie et la santé pour les gens qui souffre de surpoids. Être gros n'est pas normal!», conclut-elle.

Loading Slideshow...
  • L'affiche officielle de Mince alors!

  • Charlotte de Turckheim tient un rôle dans son propre film

  • Image tirée du film

  • Image tirée du film

  • Image tirée du film

  • Image tirée du film