NOUVELLES

USA: la croissance ralentit moins que prévu mais l'incertitude demeure

27/07/2012 12:27 EDT | Actualisé 26/09/2012 05:12 EDT

La croissance économique aux Etats-Unis a continué à ralentir au deuxième trimestre, à un rythme certes moins rapide que prévu mais dans un contexte d'incertitude qui inquiète les analystes.

Entre avril et juin, le produit intérieur brut (PIB) américain a augmenté de 1,5% en rythme annualisé par rapport au trimestre précédent où il avait gagné 2,0%, a indiqué vendredi le ministère du Commerce.

Sujette à des révisions futures, cette première estimation dépasse les prévisions des économistes, qui tablaient sur une hausse du PIB de 1,2%, mais elle fait apparaître la pente descendante sur laquelle la première économie du monde est engagée.

Au dernier trimestre de 2011, le volume de richesse produite sur le sol américain avait ainsi bondi de 4,1%, selon le chiffre révisé à la hausse publié vendredi, et sa progression n'a, depuis, cessé de ralentir.

En pleine campagne présidentielle, cet indicateur a aussitôt donné lieu à des interprétations radicalement différentes dans les deux camps qui se disputent la Maison Blanche.

"Ce PIB faible est une mauvaise nouvelle supplémentaire pour les familles américaines en difficulté", a estimé le républicain Reince Priebus.

"L'économie continue à avancer dans la bonne direction", a au contraire constaté Alan Krueger, conseiller économique du président démocrate Barack Obama, en ajoutant toutefois qu'un supplément de croissance était "nécessaire".

Signe de la morosité ambiante, la Maison Blanche a elle-même légèrement révisé à la baisse ses prévisions de croissance vendredi, estimant que le PIB américain augmenterait de 2,6% en 2012 et 2013, tandis que le taux de chômage ne devrait décroître que lentement pour atteindre 7,6% fin 2013.

"Il y a peu de choses (...) qui donnent beaucoup d'espoir sur une substantielle accélération de la croissance", juge Dean Baker, du Centre de recherche politique et économique à Washington.

Prédisant un "élan" au troisième trimestre, Harm Bandholz, d'UniCredit, est moins pessimiste mais il s'inquiète de la "forte incertitude" autour de l'économie mondiale et du redouté "mur fiscal" aux Etats-Unis: l'expiration, prévue fin 2012, de réductions d'impôts conjuguée à des baisses automatiques de dépenses publiques.

Le tableau de l'économie américaine qui se dessine au deuxième trimestre incite à tout le moins à la prudence.

Malgré un taux de chômage persistant (+8,2%), la consommation des ménages, notamment de services, a relativement bien résisté, grappillant 1,5% d'avril à juin, et a permis à elle seule d'assurer 70% de la hausse du PIB.

Mais elle ralentit toutefois, notamment par rapport au trimestre précédent, où elle avait gagné 2,4%, au moment même où la progression du revenu disponible des ménages se tasse légèrement.

La véritable bonne surprise vient des exportations qui bondissent de 5,3% sur le trimestre, contre +4,4% sur les trois précédents mois.

Sur le front des mauvaises nouvelles, le ministère du Commerce souligne la "contribution négative" à la croissance des dépenses publiques, qui ont reculé de -1,4% entre avril et juin, pour le huitième trimestre consécutif.

Un point semble faire consensus auprès des analystes: après cet indicateur un brin moins mauvais qu'attendu, la Banque centrale américaine (Fed), qui fixera mercredi les grands axes de sa politique monétaire, devrait encore patienter avant de prendre de nouvelles mesures de relance.

Cet indicateur "a peu de chances de radicalement changer l'état d'esprit des dirigeants", pronostique Peter Newland, de Barclays Economics Research.

"Il semble que le verdict (sur de nouvelles mesures de la Fed, ndlr) devra encore attendre", confirme Chris Low, de FTN Financial.

jt/sl/lor

PLUS:afp