NOUVELLES

Une responsable américaine critique le rapport s'attaquant aux ports canadiens

27/07/2012 01:38 EDT | Actualisé 26/09/2012 05:12 EDT

WASHINGTON - Une responsable d'agence fédérale aux États-Unis s'est publiquement opposée aux conclusions d'un rapport de sa propre commission, dans lequel on émet des interrogations sur les pratiques portuaires du Canada et ses mesures de sécurité.

Rebecca Dye, l'une des cinq membres de l'agence bipartite de la Commission maritime fédérale, a publié vendredi un communiqué qui vilipende l'étude de son organisation.

Le document allègue que le Canada attire les navires marchands qui auraient autrement mouillé dans des villes portuaires de la côte ouest des États-Unis.

Mme Dye s'insurge principalement contre les allégations voulant que le port de Prince Rupert, en Colombie-Britannique, ne répondrait pas aux normes de sécurité établies par l'appellation «Container Security Initiative» (CSI). Ce programme a été instauré il y a 11 ans par l'agence frontalière américaine pour exercer un pré-contrôle de plus de 86 pour cent des navires marchands en destination des États-Unis.

Selon Mme Dye, les normes de sécurité sont rigoureusement observées par les autorités portuaires du Canada, et le port de Prince Rupert figure parmi les joueurs clés de l'initiative canado-américaine Par-delà la frontière.

La représentante ajoute que le rapport, qui a été soumis au Congrès américain, n'est en réalité qu'un document d'orientation politique.

PLUS:pc