NOUVELLES

Un général syrien transfuge appelle à la formation d'un gouvernement provisoire

27/07/2012 08:18 EDT | Actualisé 26/09/2012 05:12 EDT

Un général syrien qui a fait défection et cherche à provoquer la chute du régime de Bachar al-Assad depuis un camp de réfugiés en Turquie a appelé à la formation d'un gouvernement provisoire d'union pour surmonter les divisions de l'opposition.

"L'issue à la crise passe par la formation d'un gouvernement intérimaire comprenant tous les groupes ethniques de Syrie et qui coopérerait avec le conseil militaire", a dit à l'AFP le général Fayez Amr.

Le général Amr appartient à ce groupe formé par des déserteurs syriens du camp d'Apaydine, dans la province de Hatay, dans le sud de la Turquie, à 4 km de la frontière turco-syrienne.

La Turquie offre un sanctuaire aux déserteurs de l'armée gouvernementale syrienne qui coopèrent avec l'Armée syrienne libre pour encourager les défections.

Selon des responsables turcs, 27 généraux transfuges et leurs familles séjournent dans le camp dont l'accès est interdit à la presse.

Dans un entretien par téléphone, le général Amr s'est plaint des divisions au sein de l'opposition syrienne.

"Ne nous leurrons pas, je ne vois aucune unité parmi les factions de l'opposition syrienne", a-t-il dit. "Il n'y a pas d'unité ni au sein de l'Armée syrienne libre ni au sein du Conseil national syrien", principale coalition de l'opposition.

Depuis l'intensification des combats qui a suivi l'attentat à la bombe où ont été tués ce mois-ci plusieurs responsables de la sécurité du régime de Damas, les craintes ont redoublé de voir les divisions entre opposants empêcher la formation d'un gouvernement provisoire qui pourrait offrir une solution de rechange à Bachar al-Assad.

Le général Amr s'est plaint de ce que le groupe formé par les généraux transfuges établis en Turquie "n'ait pas reçu le soutien adéquat" du Conseil national syrien.

Il n'a pas voulu donner de précisions sur ses activités en Turquie mais a regretté que les militaires en exil n'ait reçu aucune visite de responsables de gouvernements arabes.

Le transfuge s'est déclaré prudent sur le rapport des forces sur le terrain en dépit de la publication d'informations sur une avancée d'éléments rebelles en directio d'Alep, la grande ville du Nord de la Syrie, pour contrer l'armée régulière.

"Les révolutionnaires ont progressé sur le terrain mais il ne faut pas oublier combien le régime est impitoyable et combien il est équipé en armes lourdes", a-t-il dit.

"Même si 70 pour cent d'Alep a été pris par les révolutionnaires, des massacres ont lieu dans d'autres villes", a-t-il ajouté.

fo/jlb

PLUS:afp