NOUVELLES

Soudan: Paris "préoccupé" par les combats au Darfour, "urgence" d'un accord

27/07/2012 09:38 EDT | Actualisé 26/09/2012 05:12 EDT

La France est "préoccupée par la dégradation récente de la situation sécuritaire au Darfour" et souligne "l'urgence d'un accord global "entre le Soudan et le Soudan du sud", a déclaré vendredi le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

"La France est préoccupée par la dégradation récente de la situation sécuritaire au Darfour en raison de la multiplication des opérations armées et des attaques de mouvements rebelles", a déclaré Bernard Valero lors d'un point-presse.

"La France condamne par ailleurs les bombardements qui ont touché le territoire sud-soudanais et fait plusieurs victimes civiles en fin de semaine dernière. Elle rappelle aux parties leur obligation de respecter le cessez-le-feu", a-t-il poursuivi.

Le Soudan du Sud a accusé samedi le Soudan d'avoir de nouveau bombardé son territoire, blessant deux civils, que Khartoum a nié.

"La France souligne l'urgence d'un accord global entre le Soudan et le Soudan du Sud", a ajouté le porte-parole rappelant que l'échéance du 2 août, fixée par l'Union africaine et le Conseil de sécurité de l'ONU aux deux Soudans pour régler les différends qui empoisonnent leurs relations plus d'un an après l'accès à l'indépendance du Soudan du Sud, approche.

Le Darfour, région de l'ouest du Soudan, connaît une nouvelle flambée de violences entre les troupes gouvernementales et les rebelles du Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM).

Khartoum accuse les rebelles du JEM de s'être alliés avec le Soudan du Sud qui, selon les autorités soudanaises, soutient des révoltes armées dans les Etats soudanais du Kordofan-Sud et du Nil Bleu. Le Soudan du Sud, Etat indépendant depuis juillet 2011, dément.

Les tribus non arabes de l'ouest du Darfour se sont soulevées contre Khartoum en 2003. L'ONU estime que plus de 300.000 personnes ont été tuées au Darfour depuis.

dp-far/thm/efr

PLUS:afp