NOUVELLES

Secteur automobile: Hollande dit vouloir encourager la production française

27/07/2012 11:32 EDT | Actualisé 26/09/2012 05:12 EDT

LA VERRIÈRE, France - Le président français François Hollande a assuré vendredi qu'en donnant la priorité aux voitures écologiques, son plan de soutien à l'automobile allait encourager la production française.

En visite chez l'équipementier Valeo, en grande banlieue parisienne, il a pris le volant d'une Renault hybride avant de chanter les louanges de l'innovation hexagonale.

«En France, depuis plusieurs années, les constructeurs ont pris de l'avance», a déclaré le président de la République, venu défendre dans les Yvelines les mesures de soutien à la filière automobile présentées mercredi par son gouvernement.

Ce plan augmente les primes accordées pour l'achat de véhicules neufs écologiques: la prime maximale passe de 5000 à 7000 euros pour les électriques, et de 2000 à 4000 euros pour les hybrides.

«Ce plan permet de donner priorité aux véhicules d'avenir et donc d'encourager la production française, a affirmé le président. Les aides que nous avons mises en place (...) peuvent représenter 20 pour cent du marché de l'automobile.»

«Pas besoin d'inventer des règles protectionnistes», a-t-il lancé, en expliquant que 60 pour cent des véhicules propres étaient fabriqués en France.

«Il ne peut y avoir d'industrie automobile que s'il y a l'innovation et la recherche, a énoncé le président de la République. Nous devons montrer que l'industrie automobile française, qui a déjà pris de l'avance, peut être une industrie du futur grâce à ces nouveaux véhicules.»

La droite a critiqué le plan gouvernemental, jugeant qu'il ne renforçait pas la compétitivité de l'industrie automobile française. Mais François Hollande a offert sa propre définition de ce concept: «la compétitivité, c'est l'innovation, c'est la recherche».

Le chef de l'État a visité vendredi le centre de recherche et développement de La Verrière, où Valeo emploie 583 personnes pour concevoir des systèmes d'éclairage, de motorisation et d'essuie-glace.

Il a assuré que le gouvernement n'oubliait pas PSA Peugeot Citroën et Renault, alors que Peugeot vient d'annoncer un vaste plan de réduction de ses effectifs, prévoyant 8000 suppressions de postes. Comme Peugeot, Renault souffre d'une baisse des ventes, mais le constructeur a tout de même affiché vendredi un bénéfice net de 746 millions d'euros pour le premier semestre, alors que PSA a enregistré 819 millions d'euros de pertes nettes sur la même période.

«Nous sommes auprès des salariés de Peugeot comme de Renault pour permettre que nous ayons davantage de production à travers un plan automobile qui va donner une stimulation à la consommation d'un certain nombre de véhicules», a dit François Hollande.

Le plan présenté mercredi comporte plusieurs mesures destinées aux sous-traitants et aux réseaux de distribution.

Ces entreprises pourront «solliciter plus de 450 millions d'euros de financements dédiés à la modernisation des sites et à l'investissement industriel», expliquait mercredi le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg.

Le Fonds de modernisation des équipementiers automobiles (FMEA) sera prolongé et pourra investir immédiatement 260 millions d'euros pour aider ces entreprises dans leurs projets.

Oséo, entreprise publique d'aide aux PME, pourra enfin mobiliser jusqu'à 150 millions d'euros pour soutenir leur trésorerie.

PLUS:pc