NOUVELLES

Madonna déçoit son public parisien avec un concert de 45 minutes seulement

27/07/2012 08:44 EDT | Actualisé 26/09/2012 05:12 EDT

PARIS - Un concert intime de Madonna devant célébrer la tolérance de la France l'a plutôt mise à l'épreuve, suscitant des huées et des demandes de remboursement lorsque la chanteuse a quitté la scène après 45 minutes seulement.

Le spectacle présenté à l'Olympia, jeudi, était diffusé en direct sur YouTube. Vendredi matin, la chaîne présentant l'événement avait désactivé sa fonction «commentaires» et comptait plus de 12 000 «je n'aime pas», contre 10 000 «j'aime».

Une invitation à parler du spectacle sur Twitter s'est par ailleurs retournée contre les organisateurs, le public ayant utilisé le mot-clic suggéré (#MDNAParis) pour se plaindre.

La rediffusion du spectacle se termine lorsque Madonna quitte la scène, apparemment avant que la foule ne réalise que le spectacle était terminé.

La relationniste de Madonna, Liz Rosenberg, a déclaré par communiqué que les quelques spectacles intimes donnés par la chanteuse dans le passé «n'ont jamais duré plus de 45 minutes».

Le spectacle «se voulait un remerciement envers la France, sentiment qu'elle a exprimé au début du spectacle», indique le communiqué, et la représentation à l'Olympia «était sa façon d'honorer la France et sa tradition d'accueillir et d'inspirer les artistes, les auteurs, les peintres, les poètes et les minorités venues d'autres pays au fil des ans».

Le communiqué précise que le spectacle a coûté près de 1 million $ à produire, ajoutant qu'il avait fallu «beaucoup d'efforts» pour réduire le prix des billets à 100 $.

Le spectacle avait été annoncé après que le Front national français eut menacé de poursuivre Madonna pour avoir présenté une vidéo, lors d'un concert à Paris le 14 juillet, montrant la chef du parti, Marine Le Pen, avec une croix gammée sur le front.

Selon le journal Le Parisien, Madonna aurait déclaré jeudi avoir «entendu dire qu'une certaine Marine Le Pen était fâchée contre (elle)», ajoutant que «ce n'est pas (son) intention de (se) faire des ennemis».

PLUS:pc