NOUVELLES

L'équipe masculine de water-polo des États-Unis vise la médaille d'or

27/07/2012 03:22 EDT | Actualisé 26/09/2012 05:12 EDT

LONDRES - Les vétérans de l'équipe masculine de water-polo des États-Unis, surprenante médaillée d'argent à Pékin, ont un objectif bien clair en vue des Jeux de Londres: la médaille d'or.

L'expérimentée formation inclut deux joueurs ayant participé à quatre olympiades et quatre autres ayant pris part à trois éditions passées des Jeux, incluant le capitaine Tony Azevedo. Seulement trois poloïstes américains sont des recrues à Londres.

Alors qu'ils abordaient le crépuscule de leurs rêves olympiques, Azevedo et les autres vétérans ont pris la décision, l'an dernier, de laisser tomber de lucratifs contrats en Europe et de s'entraîner ensemble, en équipe.

«Il s'agissait d'une importante décision de notre part, car nous avions la chance de jouer outre-mer et de recevoir de l'argent. Mais chacun d'entre nous pratiquons ce sport parce que nous l'adorons, parce que nous avons de l'affection pour chacun d'entre nous et parce que nous voulons gagner l'or», a expliqué Azevedo.

Ils ont passé sept mois ensemble en prévision des Jeux de Londres, s'entraînant six jours par semaine.

Trois de ces journées étaient consacrées à des sessions de musculation de deux heures chacune, en matinée, rapidement suivies de deux heures dans la piscine, et d'une autre session de deux heures et demie en piscine, en soirée. Lors des trois autres journées, ils s'entraînaient pendant trois heures consécutives.

Terry Schroeder, l'entraîneur de l'équipe qui a évolué lors des grands tournois internationaux de water-polo, est d'avis que l'intensité et la complicité affichées lors de leur préparation olympique sera la clé de leur réussite à Londres.

«C'est un aspect qui fera la différence ici, croit Schroeder. Nous avons beaucoup appris sur chacun d'entre nous. Cela nous a donné la chance de travailler sur des éléments comme le respect, la confiance et l'affection, et je pense que nous sommes dans une bonne position à l'aube des Jeux.»

Les États-Unis n'ont pas gagné l'or en water-polo depuis les Jeux olympiques de St. Louis, en 1904. Ils ont mérité deux autres médailles d'argent, outre celle glanée à Pékin, soit à Los Angeles en 1984 — des Jeux boycottés par plusieurs nations du bloc de l'Est — et quatre ans plus tard, à Séoul.

Les Américains amorceront le tournoi dimanche, face au Monténégro. Ils évolueront dans le groupe B, qui inclut également la Serbie, une puissance du water-polo, et la Hongrie, pays qui a gagné l'or lors de chacune des trois dernières olympiades.

Le Canada n'est pas représenté à Londres, ni chez les hommes ni chez les femmes.

PLUS:pc