NOUVELLES

Le Hamas qualifie de "tournant" sa rencontre avec le président égyptien

27/07/2012 06:31 EDT | Actualisé 26/09/2012 05:12 EDT

La rencontre entre le président égyptien, l'islamiste Mohamed Morsi, et le chef du gouvernement du Hamas à Gaza Ismaïl Haniyeh marque un "tournant" dans les relations palestino-égyptiennes, a indiqué vendredi un porte-parole de M. Haniyeh.

"La rencontre entre (le Premier ministre du Hamas) et le président égyptien constitue un véritable tournant dans les relations bilatérales", a indiqué le porte-parole de M. Haniyeh à Gaza, Taher al-Nounou, dans un communiqué.

Selon M. Nounou, la rencontre qui s'est déroulée jeudi au Caire a été l'occasion d'évoquer "des questions stratégiques et augure d'un avenir de coopération".

La visite de M. Haniyeh au Caire, une semaine après la rencontre du président égyptien avec le dirigeant du Hamas Khaled Mechaal, a été précédée par l'annonce que l'Egypte avait assoupli les conditions d'obtention de visa pour les ressortissants de Gaza âgés de moins de 40 ans.

Selon un porte-parole de M. Morsi, les deux dirigeants ont évoqué "des solutions pour la levée du siège et pour mettre fin aux souffrances des habitants de Gaza".

"Le Premier ministre (du Hamas NDLR) est satisfait des résultats de sa rencontre avec M. Morsi" a indiqué M. Nounou.

La semaine passée, M. Haniyeh avait salué la rencontre entre MM. Morsi et Mechaal comme un "fruit de la révolution" qui a entraîné la chute du prédécesseur de M. Morsi, Hosni Moubarak, au début 2011. Le Hamas est une émanation des Frères musulmans, mouvement dont M. Morsi est issu.

Le Hamas, au pouvoir depuis 2007 dans la bande de Gaza voisine de l'Egypte et d'Israël, avait espéré que la victoire de M. Morsi à la présidentielle allait lui permettre de renforcer sa position.

Gaza est sous le coup d'un embargo partiel d'Israël et de l'Egypte depuis que le mouvement islamiste a pris le contrôle de Gaza, chassant le Fatah du président Mahmoud Abbas. M. Moubarak avait assoupli l'embargo sous la pression internationale en 2010 sans pour autant permettre de trafic commercial via le poste frontière de Rafah, comme le réclame le Hamas.

M. Morsi a rencontré la semaine dernière MM. Mechaal et Abbas, après avoir déclaré qu'il ne pouvait favoriser aucune des deux factions palestiniennes que l'Egypte tente de conduire vers la réconciliation.

my-jjm/cnp/sw

PLUS:afp