NOUVELLES

La Russie négocie pour rouvrir des bases à Cuba et au Vietnam (armée)

27/07/2012 11:45 EDT | Actualisé 26/09/2012 05:12 EDT

La Russie négocie en vue de rouvrir des installations militaires à Cuba et au Vietnam, a annoncé le commandant en chef de la marine russe, le vice-amiral Viktor Tchirkov, cité vendredi par l'agence de presse RIA-Novosti.

"Nous continuons d'oeuvrer pour que les forces navales de la Russie puissent être basées hors des frontières de la Fédération de Russie", a répondu ce haut responsable militaire interrogé par RIA-Novosti sur l'état actuel des négociations entamées "il y a quelques années" à ce sujet.

"Dans le cadre de ce travail au plan international, on étudie la question de la création de points de soutien matériel et technique à Cuba, aux Seychelles et au Vietnam", a ajouté Viktor Tchirkov.

Cet entretien a été diffusé peu avant la rencontre prévue dans la journée à Sotchi, sur la mer Noire, entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue vietnamien Truong Tan Sang.

La Russie, déjà présidée par Vladimir Poutine, avait annoncé en 2001 l'abandon de sa base navale de la baie de Cam Ranh, dans le sud du Vietnam, louée en vertu d'un accord signé en 1979 entre Hanoï et l'URSS. Elle avait également fait part de son retrait de Cuba, où elle entretenait à Lourdes depuis la période soviétique une station d'écoutes.

Moscou avait à l'époque expliqué ces décisions par la nouvelle donne mondiale et la nécessité de recentrer ses efforts pour faire face notamment à la menace terroriste.

La Russie n'avait gardé, outre le port de Sébastopol, en Crimée, dans le sud de l'Ukraine, où est basée sa flotte de la mer Noire, qu'un "point de ravitaillement et d'assistance technique" dans le port de Tartous, en Syrie, utilisé par la marine soviétique depuis les années 1970.

Les Etats-Unis de leur côté affirment ne pas se soucier d'un éventuel rapprochement entre Moscou et d'anciens satellites du temps de l'Union soviétique.

"Le gouvernement russe a des intérêts partout dans le monde, il a le droit de promouvoir ses intérêts", a affirmé à la presse, le porte-parole du Pentagone, George Little. "Nous avons nous-mêmes un intérêt important à conserver de très bonnes relations militaires avec les Russes", a-t-il ajouté.

Interrogé sur le fait de s'avoir s'il s'agissait d'une réponse russe à la nouvelle stratégie américaine en Asie-Pacifique visant à développer les liens militaires avec les pays de la région, notamment le Vietnam, le porte-parole a dit ne pas voir de "tendance particulière à ce stade".

bds-mra/mdm

PLUS:afp