NOUVELLES

La pression augmente sur le premier ministre grec

27/07/2012 07:41 EDT | Actualisé 26/09/2012 05:12 EDT

ATHENES, Grèce - Des inspecteurs de l'Autorité internationale ont augmenté la pression, vendredi, sur le premier ministre grec afin qu'il mette en place les nouvelles réformes d'austérité dans le pays, le menaçant de perdre ses prêts de sauvetage permettant de garder le pays à flot.

Le premier ministre Antonis Samaras de la coalition de droite, porté au pouvoir il y a un mois, est fortement incité à respecter les engagements de son prédécesseur et à trouver des nouvelles façons de réduire les coûts.

L'Union européenne, le Fonds monétaire international et la Banque centrale européenne ont analysé une fois de plus cette semaine le programme d'austérité de la Grèce. Si le rapport prévu pour septembre est accablant, le pays pourrait se voir privé de ses prêts de sauvetage essentiels et faire face à la faillite. Il serait alors expulsé de la zone euro.

Paralysée par la dette, la Grèce survit grâce au plan de sauvetage international depuis mai 2010. Pour assurer la poursuite de l'aide, elle doit exercer des coupes dans les dépenses, réduire les salaires et augmenter les taxes.

Selon le porte-parole du gouvernement Simos Kedikoglou, les inspecteurs qui représentent les financiers de la Grèce ont informé le premier ministre Samaras des initiatives qu'il devait prendre pour s'assurer que le programme national soit remis sur les rails.

Cette rencontre d'une heure est survenue après que le président de la commission eut exhorté Samaras à respecter les promesses de la Grèce.

Athènes a tout de même accompli une compression remarquable de son budget en réduisant le déficit de 15, 8 pour cent en 2009 à 9,1 pour cent l'an dernier. Malgré cela, elle demeure bien en deçà des réformes exigées.

PLUS:pc