NOUVELLES

JO-2012/Tennis - Un Wimbledon aux couleurs olympiques

27/07/2012 10:56 EDT | Actualisé 26/09/2012 05:12 EDT

Le vénérable All England Club de Wimbledon s'est mis aux couleurs olympiques pour accueillir le tournoi de tennis des Jeux de Londres, au point de sacrifier le fameux code vestimentaire qui oblige les joueurs à porter des vêtements uniformément blancs pendant le Grand Chelem.

A partir de samedi et pour neuf jours, les 172 joueuses et joueurs en lice arboreront fièrement les couleurs de leurs pays avec, par exemple, le rouge pour Roger Federer, qui compte bien décrocher enfin la médaille d'or du simple.

"Ce sera un peu bizarre, mais ça ne me déplait pas", a dit le Suisse, attaché à la tradition du tournoi qu'il a remporté sept fois mais également grand amoureux de l'olympisme et bon patriote.

Pour le reste, après avoir passé des mesures de sécurité nettement alourdies, les spectateurs découvriront des changements esthétiques discrets: les bâches de fond de court vertes ont cédé la place au mauve des Jeux de Londres orné des anneaux olympiques, mais le club a gardé toute sa distinction.

Les courts, quant à eux, sont censés être dans le même état qu'au premier jour du tournoi du Grand Chelem grâce au programme de régénération du gazon lancé dès le 8 juillet, quelques heures après la victoire de Federer sur Andy Murray. Visuellement, l'objectif est atteint. Reste à savoir ce qu'en diront les joueurs après le premier tour.

Tous les champions se sont réjouis de disputer les Jeux dans le stade de tennis le plus prestigieux du monde, à un détail près: la distance entre Wimbledon et le parc olympique, qui exige une bonne heure de transport, les a pour la plupart dissuadés de vivre au village avec les autres athlètes.

Du point de vue sportif, le tournoi olympique se différencie de celui du Grand Chelem par le format des matches, en deux sets gagnants, mis à part la finale messieurs en trois. Une chance supplémentaire de créer la surprise pour les outsiders et un sujet d'inquiétude pour Federer, qui a souligné qu'avec ce système il aurait perdu au troisième tour de Wimbledon contre Julien Benneteau, qui menait deux sets à zéro contre lui il y a un mois.

Quant à la question de savoir laquelle vaudrait le plus cher entre une victoire dans le Wimbledon du Grand Chelem ou une médaille d'or dans son clone olympique, Roger Federer et Serena Williams entendent se donner les moyens d'y répondre en connaissance de cause en gagnant les deux à la suite.

fbx/jr

PLUS:afp