NOUVELLES

JO-2012/Handball - Tous unis contre la Norvège

27/07/2012 12:39 EDT | Actualisé 26/09/2012 05:12 EDT

La Norvège, championne olympique, du monde et d'Europe en titre, se présente comme l'immense favori du tournoi de handball dames des JO de Londres, mais ils seront nombreux à vouloir lui apporter la contradiction, à commencer par la Russie et la France.

Depuis quatre ans, la Norvège est invincible. En 2008 à Pékin, elle avait ridiculisé la Russie en finale. Elle a fait de même avec la France, certes affaiblie par les blessures, au dernier Mondial, en décembre à Sao Paulo.

Au Brésil, la Norvège est devenue la deuxième équipe à être en même temps championne olympique, du monde et d'Europe. Le Danemark avait réussi cet exploit en étant sacré à l'Euro-96, aux JO d'Atlanta la même année et au Mondial-97.

La performance est d'autant plus remarquable que les Norvégiennes ont réussi à renouveler leur équipe. Gro Hammerseng et Katja Nyberg, leurs deux stars de Pékin, n'étaient pas là au Mondial et ne le sont pas non plus à Londres.

Insurpassables sur le plan technique et physique, les Norvégiennes savent cependant qu'elles ne sont pas les seules à viser haut. Huit ou neuf équipes pouvant prétendre au podium.

"Il y a plus d'équipes féminines au top qu'avant. Nous sommes très humbles. Si nous ne jouons pas à notre meilleur niveau, nous perdrons", souligne l'entraîneur de la Norvège, Thorir Hergeirsson.

La Norvège a été placée dans le groupe le plus difficile, où figurent quatre des demi-finalistes du dernier Mondial, avec l'Espagne, le Danemark et la France. Les deux autres équipes sont la Suède, vice-championne d'Europe, et la Corée du Sud.

Opposées dès samedi, les Norvégiennes et Françaises auront très vite une idée de ce qui les attend. La France, l'une des équipes les plus régulières de la dernière décennie, est en quête de sa première médaille olympique.

L'autre poule, bien moins relevée, est menée par la Russie, et comprend aussi la Croatie, la Grande-Bretagne, le Brésil, le Monténégro et l'Angola.

La Russie, quadruple championne du monde, n'a jamais trop brillé aux JO. En tant que nation indépendante, elle attend encore son premier titre olympique et n'a qu'une médaille (argent en 2008) à son palmarès.

cyb/jr

PLUS:afp