NOUVELLES

JO-2012 - Uchimura entame sa marche royale avant la bataille USA-Russie

27/07/2012 08:33 EDT | Actualisé 26/09/2012 05:12 EDT

Déjà considéré comme l'un des plus grands gymnastes de tous les temps, le Japonais Kohei Uchimura entame sa marche royale aux jeux Olympiques de Londres samedi avec les qualifications messieurs, un jour avant le début de la bataille attendue entre Américaines et Russes.

Double médaillé d'argent il y a quatre ans à Pékin, le triple champion du monde du concours général règne tellement en maître sur la discipline qu'il peut même se permettre une ou deux chutes sans être inquiété.

La question est plus de savoir combien de médailles olympiques le virtuose peut décrocher. Lui ne rêve que d'une chose: que le Japon arrive à mettre fin à la longue domination chinoise par équipes.

Le bal des petites reines commence dimanche avec dans les premiers rôles, deux Américaines, la championne du monde en titre Jordyn Wieber et Gabrielle Douglas, et deux Russes, Viktoria Komova, l'héroïne des premiers Jeux Olympiques de la jeunesse en 2010, et Aliya Mustafina, la star des Mondiaux 2010 même si elle est moins rayonnante depuis qu'elle s'est blessée à un genou l'an dernier.

Précises jusqu'au bout des doigts de pied, les Américaines ont montré une impressionnante solidité lors de l'entraînement dans la salle des Jeux jeudi. "J'aurais fait le concours aujourd'hui si j'avais pu", a commenté Wieber, sans ciller.

"Plusieurs nous disent que c'est une des équipes les plus fortes que nous n'ayons jamais présentées", avance John Geddert, l'entraîneur en chef de l'équipe féminine américaine, "plus forte encore qu'à Tokyo", où les filles avaient repris l'or mondial aux Russes.

"Le saut de cheval est notre force, et si nous faisons la différence au saut et pas d'erreur aux autres appareils, on sera dans la course", prévient l'entraîneur.

Les espoirs roumains reposent sur l'état du talon de la jeune Larisa Iordache. Si la triple médaillée européenne devait renoncer au concours général, Catalina Ponor et Sandra Izbasa, les deux championnes olympiques de l'équipe, ne suffiront pas à hisser la Roumanie sur le podium.

stp/el

PLUS:afp