NOUVELLES

JO-2012 - Munich-72: Le CIO dément toute pression et reste ferme

27/07/2012 06:10 EDT | Actualisé 26/09/2012 05:12 EDT

Le président du CIO, Jacques Rogge, a démenti vendredi avoir subi des pressions afin de ne pas rendre hommage aux 11 victimes israéliennes tuées lors des JO-1972 de Munich lors de la cérémonie d'ouverture des JO de Londres et est resté ferme sur son refus d'y observer une minute de silence.

"Contrairement à ce que vous dites, il n'y a pas eu de pression de quelque sorte que ce soit", a vivement répondu M. Rogge à un journaliste israélien qui faisait état de supposées pressions, de pays qu'il n'a pas cités lors d'une conférence de presse.

"Le CIO a toujours rendu hommage aux victimes de Munich", a ensuite rappelé M. Rogge, "et ce dès le lendemain des événements."

Le patron du CIO a une nouvelle fois indiqué que son institution serait représentée lors de la cérémonie organisée par Israël en marge des JO de Londres et à celle tenue le 5 septembre prochain, date anniversaire de la tuerie, à Munich.

"Nous avons toujours accordé le plus grand respect à la mémoire des athlètes et nous continuerons à le faire", a-t-il dit.

Samedi dernier, Jacques Rogge avait estimé que les "cérémonies d'ouverture n'avait pas l'atmosphère appropriée à ce genre de commémoration" avant de rendre deux jours plus tard, au Village olympique, un hommage ponctué d'une minute de silence à la mémoire des victimes de la prise d'otage de Munich.

cha/ep

PLUS:afp