NOUVELLES

Dubaï: le chef de la police accuse les Frères musulmans de complot

27/07/2012 08:07 EDT | Actualisé 26/09/2012 05:12 EDT

Le chef de la police de Dubaï a accusé les Frères musulmans de chercher à renverser les monarchies du Golfe, affirmant que des militants récemment arrêtés pour complot contre la sécurité de l'Etat avaient fait allégeance à la confrérie, a rapporté vendredi un quotidien local.

"C'est un petit groupe qui a dévié du droit chemin et fait allégeance au guide (suprême de la confrérie), qui a nommé l'un d'entre eux émir (chef local)", a affirmé le général Dahi Khalfan, cité par le journal Emarat al-Youm.

Il a assuré que les Frères musulmans, qui ont gagné en influence avec le Printemps arabe, "ont rencontré des gens du Golfe et discuté de renverser les régimes du Golfe", selon le quotidien.

Il a prévenu la confrérie qu'elle allait "beaucoup perdre en s'en prenant aux Etats du Golfe", qualifiant la région pétrolière de "ligne rouge".

"Le Golfe n'est pas une ligne rouge pour l'Iran seulement. Il l'est aussi pour les Frères musulmans", a-t-il déclaré lors d'un forum à Dubaï, selon le journal, en faisant référence aux tensions entre les monarchies sunnites et l'Iran chiite.

Le général Khalfan a maintes fois accusé la confrérie, mouvement islamiste sunnite le plus influent du monde arabe, de comploter contre le Golfe.

Le 15 juillet, les Emirats arabes unis avaient annoncé avoir démantelé un réseau complotant contre la sécurité de l'Etat, sans préciser son appartenance politique, mais l'accusant de liens avec des organisations étrangères.

Human Rights Watch (HRW) avait précisé que 13 militants d'Al-Islah, un groupe dans la mouvance des Frères musulmans, avaient été arrêtés.

Deux avocats et défenseurs des droits de l'Homme, Mohammed al-Roken et Mohammed Mansouri, vice-président d'Al-Islah, figurent aussi parmi les personnes interpellées.

La fédération des Emirats arabes unis, l'un des pays les plus riches du monde, a été épargnée par la vague de contestation populaire qui a secoué le monde arabe, dont certains pays du Golfe comme le Bahreïn.

Mais le gouvernement émirati a durci sa répression, muselant les voix dissidentes et les appels à des réformes démocratiques.

L'Egyptien Mohamed Badie est le guide suprême des Frères musulmans, mouvement fondé il y a 84 ans en Egypte.

ak/sbh/sb

PLUS:afp