NOUVELLES

Alexandre Despatie sera assez en forme pour bien plonger, assure sa mère

27/07/2012 12:15 EDT | Actualisé 26/09/2012 05:12 EDT

LONDRES - Alexandre Despatie ne sera probablement pas à 100 pour cent de sa forme lorsque viendra le moment de disputer ses deux épreuves de plongeon aux Jeux olympiques de Londres. Il le sera toutefois à plus de 99 pour cent, a assuré sa mère Christiane Despatie, vendredi.

«Il va être à 99 point quelque chose», a-t-elle lancé en marge de la cérémonie d'ouverture officielle de la Maison du Canada, quartier général du Comité olympique canadien qui occupe un magnifique et luxueux bâtiment situé à quelques pas de Trafalgar Square, au coeur de Londres.

Ce n'est que samedi qu'Alexandre Despatie fera le point sur son programme de remise en forme à la suite de la commotion cérébrale qu'il a subie à la mi-juin. Christiane Despatie a toutefois communiqué avec le double médaillé olympique, vendredi.

Elle a alors pu constater que l'athlète de 27 ans allait bien même si, encore à ce stade-ci, chaque moment d'entraînement est précieux alors que ce dernier tente de retrouver sa forme optimale en vue de l'épreuve au tremplin de 3 mètres synchro. Celle-ci aura lieu mercredi. Suivront les préliminaires du 3 mètres individuel, lundi le 6 août, puis la demi-finale et la finale le lendemain.

«Chaque minute et chaque heure compte, jusqu'à ce qu'il soit en bas de l'escalier pour faire son premier plongeon», a souligné Mme Despatie lors d'un entretien avec La Presse Canadienne à l'extérieur de la Maison du Canada, pendant que de l'autre côté de la rue, des centaines de touristes arpentaient la grande place de Trafalgar Square.

«La clé pour Alexandre jusqu'ici, ç'a été de rester calme et de vraiment suivre le protocole de récupération. Il écoute ce que les médecins lui disent, il y va graduellement à l'entraînement, il ne panique pas, il fait ce qu'il a à faire.

«Il fait aussi confiance à son entourage, et ça c'est très important. Il a également eu droit aux bons soins de la maison, et ça aussi ça aide beaucoup», a ajouté avec un grand sourire Christiane Despatie, en parlant de l'appui qu'elle et sa famille ont apporté au plongeur qui est devenu une vedette du sport à l'âge de 13 ans, quand il a remporté la médaille d'or aux Jeux du Commonwealth de 1998, à Kuala Lumpur.

Mme Despatie a non seulement vu son fils devenir un homme dans l'oeil du public depuis ce temps, mais aussi devenir un athlète capable de surmonter le pire des obstacles. Alexandre Despatie avait notamment réussi à décrocher une médaille d'argent au 3 m, aux JO de Pékin en 2008, même s'il avait subi une fracture au pied quelques mois plus tôt. Christiane Despatie se dit confiante de voir son garçon faire fi de l'adversité encore une fois cette année.

«Il est devenu un homme qui a beaucoup de maturité, qui est capable de contrôler ses émotions, de gérer toutes les choses qu'on ne veut pas voir nous arriver, a-t-elle affirmé. C'est là quelque chose de difficile à gérer, mais il est capable de le faire maintenant, à force de garder son calme. Ça nous impressionne beaucoup — on le voit aller et on se dit qu'à un moment donné il va flancher... Mais il ne flanche jamais.

«Cet esprit combatif de toujours continuer et de faire fi de la douleur, c'est quelque chose qu'il a en lui. Il est comme ça, tout simplement.»

À sa dernière sortie publique avant son départ en direction de l'Europe, le 5 juillet dernier, Despatie avait fait allusion à des maux de dos qui «demeuraient sous contrôle» à l'aide de traitements. C'est toujours le beau fixe à ce niveau-là aussi, a fait savoir Mme Despatie, tout en rappelant qu'il s'agit là d'une situation que son fils doit surveiller attentivement depuis quelques années déjà.

La seule chose qui inquiète Mme Despatie, en fait, c'est que son fils s'inquiète pour elle, son père Pierre et sa soeur aînée Anouk. Ceux-ci sont tous présents à Londres. Christiane Despatie a toutefois tôt fait de rassurer Alexandre, d'autant plus que la Maison du Canada existe justement, en partie, pour répondre aux besoins des membres des familles des olympiens qui assistent sur place aux Jeux.

«Je lui ai dit de ne pas s'inquiéter pour nous, qu'on est entre bonnes mains», a-t-elle raconté.

PLUS:pc