RÉSEAUX SOCIAUX - Zynga a déçu les marchés. La société spécialisée dans les jeux en réseau (notamment sur Facebook, avec entre-autres le célèbre Farmville) a annoncé ses résultats pour le deuxième trimestre 2012. Et ceux-ci n'étaient pas à la hauteur des prévisions.

À tel point que l'action chutait de 38% sur le Nasdaq (la deuxième cotation américaine, où se trouvent la plupart des entreprises de la Silicon Valley) en clôture de séance. L'action était tombé à 3 euros, alors qu'elle était il y a quelques mois à près de 15 euros.

La société a annoncé une perte nette de 23 millions de dollars (expliquée par la distribution de titres à ses salariés), mais surtout un ralentissement de sa croissance. En enlevant certains éléments (dont cette distribution de titres), Zynga parvient à maintenir un faible bénéfice de 1 cent par action alors que les analystes prédisaient au moins 5 cents, note Le Nouvel Observateur.

Le chiffre d'affaires de Zynga, s'il est en hausse à 322 millions de dollars, est encore une fois en deçà des analyses, qui pariaient sur 344 millions de dollars. Les analystes se posent donc des questions quant au modèle même de Zynga, basé sur la publicité et le "freemium", c'est-à-dire le fait de proposer des jeux gratuits mais avec des contenus bonus payants.

Les raisons des mauvais résultats

Une part des mauvais résultats de Zynga peut être imputée à Facebook, affirme le site spécialisé TechCrunch. En effet, le plus grand réseau social du monde met l'accent depuis quelques mois sur des jeux nouveaux, innovants, en les propulsant en tête des canaux de communication du réseau. Au détriment des classiques du réseau social, souvent édités par Zynga. Et même si la société a récemment créé de nouveaux jeux, mis en avant par Facebook et ayant atteint des records de téléchargements, le bénéfice ne sera pas visible avant le troisième trimestre.

La seconde raison concerne le rachat de la société OMGPOP. En mars, Zynga rachète cette stratup qui a développé le jeu Draw something. Exclusivement disponible sur smartphone, ce jeu est une sorte de "dessinez c'est gagné" en ligne. À l'époque, le succès est considérable: au plus haut, 14,6 millions d'utilisateurs journaliers. Zynga rachète alors OMGPOP au prix exorbitant de 180 millions d'euros alors que l'application Draw something n'a pas encore de modèle économique. Depuis, elle ne compte plus que 3,4 millions d'utilisateurs journaliers.

Le phénomène OMGPOP est évocateur du problème de Zynga avec l'univers des smartphones. Doucement, l'audience de la société bascule du Web sur ordinateur au mobile (33 millions d'utilisateurs journaliers contre 77 millions sur ordinateur). Problème: les utilisateurs mobiles rapportent deux fois moins d'argent via la publicité et les achats de contenus.

Un constat qui pourrait aussi être dressé pour Facebook. Le réseau social, rentré en bourse en mai, présente ce jeudi 26 juillet ses résultats pour le deuxième trimestre 2012. Or, la stratégie mobile de Facebook est encore loin d'être claire et reste peu rentable pour le moment. Ce qui n'a pas empêché Mark Zuckerberg d'acheter l'application de photos sur smartphone Instagram pour 1 milliard de dollars en avril, avant son introduction en bourse.

En attendant la présentation financière du groupe, Zynga a déjà entrainé Facebook dans sa chute en bourse. Mercredi soir, à la clôture, l'action du réseau social perdait 7,81%.

À LIRE AUSSI:
» Bourse: Facebook en chute libre sur le Nasdaq
» L'échec de l'entrée en Bourse de Facebook: une parade à la formation d'une bulle
» La Bourse va-t-elle "liker" Facebook ?