NOUVELLES

Wall Street ouvre en nette hausse, portée par les propos de Draghi

26/07/2012 10:07 EDT | Actualisé 25/09/2012 05:12 EDT

La Bourse de New York a démarré la séance en nette hausse jeudi, saluant des propos du président de la Banque centrale européenne (BCE) qui se dit prêt à tout pour préserver l'euro, et de bons indicateurs américains: le Dow Jones prenait 1,65% et le Nasdaq 1,53%.

Vers 13H50 GMT, le Dow Jones Industrial Average avançait de 208,70 points à 12.884,75 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, de 43,61 points à 2.897,85 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 s'appréciait de 1,51% (+20,20 points) à 1.358,09 points.

Wall Street avait terminé sans direction mercredi, en raison de la lourde chute d'Apple, dont les résultats décevants ont pénalisé le secteur technologique.

La place new-yorkaise affichait une nette hausse en début de séance jeudi, renversant la tendance négative observée en cours d'échanges électroniques, après la diffusion de propos tenus par le président de la BCE, Mario Draghi, qui ont suscité un regain d'optimisme sur un marché dont l'une des principales préoccupations reste l'Europe.

"Le président de la BCE a affirmé que son institution était prête à prendre toutes les mesures nécessaires pour préserver l'euro, et le marché espère que cela signifie que la BCE s'apprête à devenir plus offensive dans son combat contre la crise" sur le continent européen, ont indiqué les analystes de Charles Schwab.

La mission de la Banque centrale européenne est aussi d'intervenir en cas d'envolée des taux d'emprunt de certains pays de la zone euro, a déclaré M. Draghi.

Pour Dick Green, du site d'analyse financière Briefing.com, si le "palliatif Draghi" se traduit sur le marché par un rebond "fort et important", les doutes persistent "sur ce que la BCE peut réellement accomplir" pour sauver la zone euro.

Aux Etats-Unis, "des statistiques économiques solides soutiennent également le marché", ont souligné les analystes de Wells Fargo.

Les nouvelles inscriptions au chômage ont fortement reculé, 353.000 demandes d'allocations de chômage ayant été déposées dans le pays du 14 au 21 juillet contre une prévision médiane de 381.000.

En outre, "les commandes de biens durables ont progressé plus que prévu en juin", ont continué les experts de Wells Fargo, après avoir déjà connu un rebond au mois précédent, avançant de 1,6% par rapport au mois précédent, contre une hausse attendue de 0,3%.

Le marché obligataire évoluait en baisse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans montait à 1,423% contre 1,406% mercredi et celui à 30 ans à 2,477% contre 2,467%.

ppa/sab/bdx

PLUS:afp