NOUVELLES

Syrie: les dernières exportations de Qosmos datent de fin 2011 (MAE français)

26/07/2012 08:08 EDT | Actualisé 25/09/2012 05:12 EDT

Les dernières exportations de la société française Qosmos, accusée d'avoir fourni à la Syrie du matériel informatique pour espionner des opposants, datent de fin 2011, avant que cela soit interdit par l'UE, a indiqué jeudi le ministère français des Affaires étrangères.

"A notre connaissance, les dernières exportations de la société en question remontent à l'automne 2011. Ces équipements tombent depuis janvier 2012, sous le coup de la réglementation européenne", a déclaré lors d'un point-presse le porte-parole du ministère, Bernard Valero.

"Ces systèmes informatiques n'entrent pas dans la catégorie des matériels de guerre ni dans celle des biens à double usage et ne font donc l'objet, selon les réglementations française et européenne, d'aucun contrôle préalable à l'exportation. Si un tel matériel a été exporté depuis la France, l'exportateur n'avait donc pas besoin d'obtenir une autorisation à cette fin, ni d'en informer l'administration", a-t-il ajouté.

En janvier, l'Union européenne avait décidé d'interdire toute exportation vers la Syrie de matériels informatiques de surveillance pouvant servir dans sa répression de la contestation.

Le parquet de Paris a ouvert jeudi une enquête préliminaire après la plainte de la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH) et de la Ligue des droits de l'Homme (LDH) visant Qosmos.

L'avocat de l'entreprise, Benoît Chabert, avait indiqué mercredi que cette dernière n'avait "absolument rien à se reprocher".

prh/thm/ej

PLUS:afp