SAINT-HYACINTHE - Québec et Ottawa investiront plus de 25 millions $ pour mettre sur pied une première usine municipale de biométhanisation des déchets organiques à Saint-Hyacinthe, en Montérégie.

La production de biométhane, obtenu par le traitement de déchets organiques, pourrait conduire à une réduction de 25 000 tonnes de gaz à effet de serre par année au Québec.

Gaz Métro s'est engagé à acheter toute la production de biométhane qui sera produite à Saint-Hyacinthe et à ajuster son réseau de distribution pour permettre l'injection de ce nouveau gaz naturel.

En plus de réduire le volume de déchets enfouis et, conséquemment, de gaz à effet de serre, la biométhanisation produit de l'énergie verte et renouvelable.

Pour l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), le biométhane est une alternative aux controversés gaz de schiste et à tous les biocarburants.

Les gouvernements fédéral et provincial ont accepté de délier les cordons de la bourse pour soutenir l'initiative de la Ville de Saint-Hyacinthe.

Le gouvernement fédéral s'est engagé à investir jusqu'à 11 millions $ pigés dans son Fonds pour l'infrastructure verte. Cette contribution est toutefois sujette à la signature d'une entente avec Québec, ainsi qu'au respect de diverses balises lors du processus d'appel d'offres.

Quant au gouvernement du Québec, il se dit prêt à contribuer à hauteur de 14 millions $, des deniers provenant du Programme de traitement des matières organiques par biométhanisation et compostage. Québec a déjà investi plus de 5 millions $ pour la première phase du projet.

Le ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, Pierre Arcand, a indiqué que le gouvernement s'était donné comme objectif de recycler 60 pour cent des matières organiques putrescibles résiduelles dans la province d'ici 2015.

Il a souligné que le projet de la Ville de Saint-Hyacinthe était un exemple parfait d'économie durable, puisque l'initiative aura des répercussions tant sur le plan environnemental qu'économique.

La Ville de Saint-Hyacinthe prévoit être en mesure de traiter 132 000 tonnes humides de matières résiduelles par année. La production annuelle de biométhane qui en découlera serait de 6 millions de mètres cubes au cours des premières années. Celle-ci pourrait atteindre, à terme, les 13 millions de mètres cubes par année.