NOUVELLES

RDCongo : des combats se poursuivent dans l'est entre l'armée et les rebelles

26/07/2012 11:37 EDT | Actualisé 25/09/2012 05:12 EDT

Des combats entre l'armée régulière de la République démocratique du Congo (RDC) et les rebelles du mouvement M-23 se poursuivent dans l'est du pays, les offensives succédant aux contre-offensives sans qu'une partie prenne définitivement le dessus, a-t-on appris de diverses sources jeudi.

Mercredi, les forces de la RDC (FARDC), avec l'aide de blindés et d'hélicoptères d'attaque, ont repris plusieurs villages au nord de Kibumba et Rugari d'où elles avaient été chassées lors d'une offensive du M23 la veille, a déclaré à l'AFP un porte-parole de l'armée, le colonel Léon-Richard Kasongo.

Les troupes régulières ont repris du terrain et se sont emparées d'un camp d'entrainement du M-23, a-t-il dit. Une "réorganisation" des troupes a eu lieu, a-t-il ajouté, et leur comportement comme leur moral sont "excellents".

Jeudi matin, selon un photographe de l'AFP, les troupes gouvernementales étaient remontées encore plus au nord jusqu'à Rumangabo avec des blindés appuyés par des hélicoptères d'attaque. Les combats semblaient alors se concentrer autour d'un camp militaire implanté aux abords de ce village situé à une dizaine de kilomètres au Nord de Kibumba.

Le porte-parole du M23, interrogé par l'AFP au téléphone, a annoncé qu'au contraire, Rumangabo avait été repris jeudi en début d'après midi. Selon le colonel Vianey Kazarama, aucun membre du M-23 n'a été tué ni blessé au cours des combats de ces derniers jours. Il a affirmé que ses hommes avaient fait 32 tués et plusieurs blessés dans les rangs des FARDC.

Le responsable rebelle a accusé les troupes régulières de bombarder les habitations sans discrimination. "Il y a beaucoup de blessés et beaucoup de morts", a-t-il dit sans pouvoir donner de bilan.

Le porte-parole du M-23 a accusé les Nations unies, qui étaient intervenus mardi pour dissuader les rebelles d'avancer vers le sud et mettre en danger les populations locales, d'avoir lors de cette opération tué 9 personnes et d'en avoir blessé 26. Plusieurs maisons auraient été détruites, selon lui.

Lors de sa conférence de presse hebdomadaire mercredi la Mission des Nations unies pour la stabilisation au Congo (Monusco) avait affirmé n'avoir fait mardi que des "démonstrations de force" avec les tirs de ses hélicoptères.

Plus au nord, d'autres combats se déroulent autour de Rutshuru, dont s'était emparée les mutins avant de l'abandonner. Les FARDC en ont repris le contrôle et des soldats de la Monusco sont dans la ville "afin de protéger les civils en imposant leur présence avec tous les moyens disponibles", a dit la Monusco.

ak/pb/jlb

PLUS:afp