NOUVELLES

Les populations locales associées à l'exploitation des diamants de Marange

26/07/2012 03:26 EDT | Actualisé 25/09/2012 05:12 EDT

Le président Robert Mugabe a présenté jeudi un nouveau mode d'exploitation des mines de diamants de Marange qui donne des droits aux populations locales sur ces sites controversés de l'est du Zimbabwe.

L'association fiduciaire des communautés locales qui sera associée à l'exploitation des gisements "est unique en ce sens qu'elle possèdera des droits d'exploitation plutôt que des parts dans les quatre sociétés" présentes à Marange, a dit le dirigeant zimbabwéen en dévoilant le nouveau schéma.

Les sociétés minières du site ont donné 1,5 million de dollars à l'association des communautés locales pour leur permettre de participer à l'exploitation de diamants alluviaux sur une vaste zone couvrant 6.800 hectares.

Les mines de Marange ont été pendant des années au centre d'une controverse internationale après avoir été envahies en 2008 par l'armée zimbabwéenne qui en a expulsé les milliers de prospecteurs avant de forcer des civils à les remplacer dans des conditions très dures. Selon des groupes de défense des droits de l'homme, près de 200 personnes ont été tuées et d'autres battues ou violées.

Après une interdiction d'exportation, les pierres extraites de Marange ont été réadmises dans le circuit officiel après avoir reçu le feu vert en novembre dernier du Processus de Kimberley, le régulateur mondial chargé de lutter contre la commercialisation des "diamants du sang".

str-fj/sk/jlb

PLUS:afp