NOUVELLES

Hongrie/FMI: un accord possible à la fin de l'automne (négociateur hongrois)

26/07/2012 04:00 EDT | Actualisé 25/09/2012 05:12 EDT

Budapest pourrait arriver à un accord avec le Fonds monétaire international (FMI) et l'Union européenne (UE) sur un prêt de quelques 15 milliards d'euros pour la fin de l'automne, a indiqué jeudi le gouvernement hongrois.

"La Hongrie pourrait atteindre un accord avec le FMI et l'UE pour la fin de l'automne", a déclaré le négociateur hongrois, le ministre sans portefeuille Mihaly Varga, dans une interview accordée à la radio nationale MR1 jeudi matin.

La Commission européenne a indiqué jeudi soir dans un communiqué que "L'Union européenne et le FMI ont eu un premier échange utile" avec les autorités hongroises.

La déclaration de la Commission salue "l'engagement du gouvernement hongrois de mener de nouvelles mesures budgétaires", mais se montre très prudente sur l'issue de ces discussions et insiste sur la nécessité "d'actions décisives" .

De son côté, le FMI, qui avait envoyé un de ses experts en mission à Budapest, a indiqué jeudi, par la voix d'un porte-parole à Washington, que les discussions avec les autorités hongroises avaient été "constructives" et que le dialogue se poursuivrait.

A la suite de cette mission menée conjointement avec l'UE, le FMI a par ailleurs, dans un communiqué, encouragé la Hongrie à réduire le périmètre de l'Etat et à s'assurer que ses politiques soient plus "prévisibles" afin de réduire le "fardeau" de la dette et faire émerger une "croissance reposant sur le secteur privé".

Parmi les points de friction avec ses interlocuteurs, le négociateur hongrois a énuméré "la taxation de la banque centrale" par l'impôt récemment adopté sur les transactions financières, l'administration publique alourdie et le fondement des estimations macroéconomiques du gouvernement hongrois.

Malgré ces frictions, M. Varga a indiqué que les négociations s'étaient déroulées comme prévues et qu'elles étaient "utiles" pour les deux parties.

"Nous sommes d'accord qu'il faut renforcer les fondations du budget 2013, mais nous ne le sommes plus nécessairement sur la manière d'y arriver", a-t-il encore ajouté.

A propos de l'imposition de la banque centrale, il a souligné que "s'il le fallait, le gouvernement était prêt à revenir sur ce sujet".

Mercredi, le Premier ministre conservateur hongrois, Viktor Orban, avait qualifié d'"encourageant" le premier tour des négociations.

Une délégation composée de représentants de l'UE et du FMI, avec des agents de la Banque centrale européenne (BCE) comme observateurs, a passé une semaine en Hongrie pour un premier tour de négociations concernant un crédit de 15 milliards d'euros que la Hongrie a demandé en novembre 2011.

mg-csg-jt/sl/lor

PLUS:afp