NOUVELLES

Ghana: les chefs du parti au pouvoir pour une candidature de Mahama à la présidentielle

26/07/2012 12:19 EDT | Actualisé 25/09/2012 05:12 EDT

Les principaux chefs du parti au pouvoir au Ghana, réunis après la mort soudaine du président John Atta Mills, ont décidé jeudi de soutenir la candidature de John Dramani Mahama à l'élection présidentielle de décembre prochain.

La candidature de M. Mahama, qui assure la présidence depuis la mort de M. Mills mardi, devrait être officialisée lors d'un prochain congrès du parti, qui doit avoir lieu d'ici au 1er septembre, selon un communiqué..

Le soutien des principaux responsables du Congrès national démocratique (NDC) montre clairement que le parti a l'intention de soutenir l'ancien vice-président John Dramani Mahama.

M. Mahama, vice-président, avait prêté serment en tant que nouveau chef de l'Etat mardi soir, seulement quelques heures après la mort soudaine de John Atta Mills. Il a également été désigné comme le nouveau chef du parti.

"Le comité exécutif national du NDC a décidé aujourd'hui qu'un congrès exceptionnel aura lieu pour désigner John Dramani Mahama nouveau porte-drapeau du NDC pour l'élection présidentielle de 2012", selon le même communiqué.

"Nous ne pensons pas qu'il y ait de rivaux. Sa candidature sera approuvée", a déclaré George Lawson, le secrétaire général du NDC.

Lors d'une primaire du parti en 2011, John Atta Mills avait été choisi comme candidat à la présidentielle de décembre, laquelle s'annonce désormais très disputée. Il avait largement devancé Nana Konadu Agyemang Rawlings, l'épouse de l'ancien président Rawlings.

Les analystes estiment qu'il devrait l'emporter comme candidat avec une large majorité, grâce notamment au soutien des cadres du parti.

Selon le politologue Thomas Tieku, John Dramani Mahama bénéficie de l'estime des élites et des classes urbaines éduquées mais il lui manque une base politique rurale nécessaire pour battre le principal candidat de l'opposition, Nana Akufo-Addo.

John Atta Mills est décédé à 68 ans mardi à Accra des suites d'une maladie, qui n'a pas été spécifiée officiellement, mais qui était bien un cancer, a indiqué l'ancien homme fort du Ghana Jerry Rawlings à la BBC, confirmant les rumeurs et les articles de presse sur un cancer de la gorge.

Les représentants de l'opposition ont appelé ces jours-ci à l'unité et ont rendu hommage au président défunt, bien que des remarques sur son manque d'énergie et d'initiative - peut-être dus à la maladie - aient été relevées.

str-bs/mjs/efr/jms

PLUS:afp