NOUVELLES

Des sénateurs américains s'opposent au traité de l'ONU sur le commerce des armes

26/07/2012 07:38 EDT | Actualisé 25/09/2012 05:12 EDT

WASHINGTON - Un groupe bipartisan de 51 sénateurs américains a menacé, jeudi, de s'opposer à un traité international qui régule le commerce des armes si celui-ci ne protège pas le droit constitutionnel des Américains de posséder des armes à feu.

Dans une lettre adressée au président Barack Obama et à la secrétaire d'État Hillary Clinton, les sénateurs se disent très préoccupés par la version préliminaire du traité qui circule aux Nations unies, affirmant que le document signale une expansion du contrôle des armes inacceptable à leurs yeux.

Le contrôle des armes à feu est une question politiquement explosive aux États-Unis, où le droit des citoyens de posséder des armes est protégé par la Constitution. Le débat a été ravivé depuis la fusillade de la semaine dernière dans un cinéma du Colorado, qui a fait 12 morts.

Les pays membres de l'ONU travaillent à l'élaboration du premier traité international contraignant sur le commerce des armes, qui vise notamment à empêcher le transfert d'armes à des groupes armés et à des terroristes. Les 193 membres de l'Assemblée générale de l'ONU devraient approuver le traité d'ici la fin du mois.

Le groupe de sénateurs américains demande au gouvernement de «faire respecter les protections constitutionnelles sur la possession d'armes par les citoyens» aux États-Unis et de «s'assurer que le traité reconnaisse explicitement la légitimité des activités légales liées aux armes à feu, dont le droit à l'auto-défense, mais pas seulement».

Le groupe demande que le traité reconnaisse aussi la légitimité de la chasse, du tir sportif et des autres activités légales liées aux armes à feu.

«En tant que membres du Sénat des États-Unis, nous nous opposerons à la ratification de tout traité sur le commerce des armes qui ne respecte pas ce standard», écrivent les sénateurs.

La National Rifle Association, le puissant lobby des armes à feu aux États-Unis, s'oppose au traité et affirme que ses membres ne céderont jamais aux Nations unies leur droit de posséder des armes.

Le traité est en cours d'élaboration depuis 2006. L'administration du président George W. Bush s'y opposait, mais le président Barack Obama a renversé cette position et a soutenu la résolution visant à organiser la conférence de quatre semaines sur le traité.

Le traité doit être adopté par consensus des 193 pays membres de l'ONU. Selon des diplomates, parvenir à un tel accord sera difficile.

La conférence doit prendre fin vendredi.

PLUS:pc