Aleksandra Wozniak aura une mission difficile, mais pas impossible aux JO (PHOTOS, VIDÉO)

Publication: Mis à jour:

WIMBLEDON, Royaume-Uni - Jouer au tennis à Wimbledon, ce n'est rien de nouveau pour Aleksandra Wozniak et Stéphanie Dubois. Mais jouer au tennis à Wimbledon dans le cadre des Jeux olympiques, ça, c'est une première pour les athlètes québécoises, qui sont toutes deux des olympiennes pour la première fois.

À Londres depuis mardi soir, Wozniak et Dubois ont constaté cette semaine que Wimbledon, sous la bannière olympique, n'a pas tout à fait les mêmes couleurs.

«On connaît déjà tout du site. Mais en venant ici pour les Jeux, on constate que l'ambiance est différente. Tout le monde semble un peu plus souriant que d'habitude», a indiqué Dubois, jeudi, entre deux séances d'entraînement tenues sur des terrains secondaires situés tout juste à l'extérieur du vaste complexe principal du All England Club.

«Il y a une énergie spéciale. On représente tous notre pays aux Jeux olympiques, alors c'est une fierté.

«C'est en retournant au village des athlètes qu'on s'en rend compte davantage, a ajouté la Lavalloise de 25 ans. Tu ne rentres pas toute seule dans ta chambre d'hôtel comme d'habitude.»

«C'est sûr que la première fois que je suis allée dans la cafétéria du village et que j'ai vu tous les athlètes qui étaient là, toutes des personnes qui ont travaillé pour vivre leur rêve et qui méritent vraiment leur place, ç'a provoqué toutes sortes d'émotions — des émotions qu'on n'avait pas vécues avant, a quant à elle raconté Wozniak. On ressent de l'excitation mais aussi un sentiment bizarre, parce que c'est quelque chose qu'on n'a jamais vécu avant.»

«J'essaie de profiter de chaque moment, a par ailleurs déclaré Dubois. C'est sûr qu'il faut rester concentrée sur (le tennis), mais il y a vraiment une belle atmosphère au village et je suis vraiment fière d'être ici et de représenter mon pays.»

Le tirage au sort pour les tournois du simple et du double, tant chez les hommes que les femmes, a été effectué au All England Club, jeudi matin. Wozniak a alors appris qu'elle n'aura pas la tâche facile pour ses deux matchs du premier tour, seule et en duo avec Dubois. Mais ce ne sera pas une mission impossible non plus.

La Blainvilloise de 24 ans affrontera la Néo-Zélandaise Marina Erakovic, une joueuse placée seulement huit rangs plus haut qu'elle au classement de la WTA, à son premier match de simple. Wozniak occupe le 54e rang mondial, comparativement au 46e pour Erakovic.

«Elle reste normalement beaucoup en fond de terrain sur surface dure mais elle a récemment ajusté son jeu sur le gazon, alors qu'elle aime plutôt foncer au filet au service, a dit Wozniak de son opposante. Ce sera important de faire de bons retours de service, de bien anticiper où elle va frapper sa balle. Et, quand elle monte au filet, d'être vraiment alerte et d'y aller d'angles courts.»

Wozniak et Dubois se mesureront aux Kazakhes Yaroslava Shvedova et Galina Voskoboeva au premier tour en double. Shvedova est classée 7e au monde et sa partenaire de jeu, 31e. Elles ont joué ensemble lors du tournoi régulier de Wimbledon plus tôt cet été. Elles ont alors battu Wozniak, qui jouait avec la Roumaine Simona Halep.

Si elle devait remporter son premier match en simple, Wozniak affronterait ensuite la gagnante du match entre l'Italienne Sara Errani, 9e tête de série du tournoi, et l'Américaine Venus Williams.

En double, les adversaires suivantes des deux Québécoises seraient vraisemblablement les Russes Maria Kirilenko et Nadia Petrova, les troisièmes têtes de série du tableau.

Wozniak peut espérer faire un petit bout de chemin en simple, mais la tâche sera plus difficile en double. Dubois n'a pas joué en double dans les tournois de la WTA cette année, son classement n'étant pas suffisant pour lui procurer ce droit. Wozniak, elle, ne l'a obtenu que récemment, et seulement dans les tournois du Grand Chelem.

Par ailleurs, au-delà du fait que les deux Québécoises ne sont pas habituées à jouer ensemble, Dubois soigne une légère fracture au pied subie dimanche dernier, en finale du Challenger de Granby.

«Il a fallu beaucoup de repos, mais ça va beaucoup mieux maintenant, a indiqué Dubois, jeudi. Je poursuis les traitements et je continue de faire attention, mais je vais être à 100 pour cent pour mon match.»

Le duo a eu droit à deux premiers entraînements à Wimbledon, mercredi — un sur gazon et l'autre à l'intérieur afin de s'adonner à des exercices spécifiques au jeu en double, a indiqué Sylvain Bruneau, entraîneur national des femmes à Tennis Canada.

«Comme Aleksandra joue aussi en simple, c'est sûr qu'on ne peut pas se concentrer seulement sur le double», a noté Bruneau, qui misait sur un autre bon entraînement, vendredi, pour peaufiner le jeu de Dubois et Wozniak, mais ne pourra pas. Les organisateurs du tournoi ont fait savoir aux équipes que l'entraînement serait alors limité à 45 minutes sur gazon.

Dubois et Wozniak disputeront leur premier match de double samedi matin. L'autre match de cette dernière ne faisait pas partie de ceux qui étaient officiellement prévus en simple féminin, samedi, et sera vraisemblablement disputé dimanche.

Meilleur espoir de médaille du Canada en tennis en vertu de sa 25e place au classement de l'ATP, Milos Raonic affrontera le Japonais Tatsuma Ito (69e) au premier tour. Son compatriote Vasek Pospisil (85e) risque toutefois de frapper un mur puisqu'il fera face à l'Espagnol David Ferrer, la quatrième tête de série.

Le duo canadien composé de Pospisil et Daniel Nestor — ce dernier est classé no 1 au monde en double — se mesurera aux Roumains Hona Tecau (11e) et Adrian Ungur (98e) au premier tour en double.

Favori du tournoi en simple chez les hommes, le Suisse Roger Federer affrontera le Colombien Alejandro Falla (51e) à son premier match tandis que la deuxième tête de série Novak Djokovic disputera la victoire à l'Italien Fabio Fognini (65e).

La Russe Victoria Azarenka, la favorite chez les femmes, disputera son premier match contre la Roumaine Irina-Camelia Begu (79e). La deuxième tête de série, la Polonaise Agnieszka Radwanska, se retrouvera face à l'Allemande Julia Goerges (24e).

À lire aussi sur le HuffPost Québec

JO 2012: dix Canadiens à surveiller
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction