NOUVELLES

Visite d'une importante délégation économique syrienne en Iran

25/07/2012 11:52 EDT | Actualisé 24/09/2012 05:12 EDT

Une importante délégation économique syrienne, dirigée par le vice Premier ministre Omar Ghalawanji, et comprenant cinq ministres, est arrivée mercredi à Téhéran pour renforcer la coopération entre les deux pays, a rapporté l'agence officielle Irna.

Les ministres syriens du Pétrole, de l'Electricité, de la Santé, de l'Eau et du Logement accompagnent M. Ghalawanji.

"La République islamique d'Iran n'a aucune limite pour développer la coopération avec le pays frère et ami syrien", a déclaré le vice-président iranien en charge des relations internationales, Ali Saïdlou, lors d'une rencontre avec M. Ghalawanji.

"Avec les sanctions, les actions terroristes et les pressions économiques, les ennemis de la Syrie cherchent à faire pression sur le peuple et le gouvernement syriens, mais nous sommes certains qu'ils vont échouer", a-t-il ajouté.

M. Ghalawanji a également rencontré le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi, qui a répété le soutien de l'Iran "aux réformes engagées par le président Bachar al-Assad".

L'Iran, allié du régime syrien, reproche aux pays occidentaux et arabes, notamment l'Arabie saoudite et le Qatar, de soutenir politiquement et militairement les rebelles syriens.

"La ferme réaction de l'armée syrienne après les (récentes) actions terroristes, qui étaient accompagnées par une offensive de propagande et psyschologique des médias étrangers, montrent l'erreur d'analyse de certains pays étrangers et leurs médias", a déclaré M. Salehi en allusion aux pays occidentaux et arabes.

Il s'est dit "certain que le gouvernement, le peuple et l'armée syrienne sortiront renforcés de cet épisode et que le rôle de la Syrie sera renforcé sur le plan régional et international".

Le vice-premier ministre syrien a également appelé au renforcement de la coopération entre les deux pays.

Un haut responsable militaire iranien a averti mardi que les alliés de la Syrie "ne permettront pas un changement de régime" et porteront des "coups décisifs" aux ennemis de Damas s'ils décident d'intervenir dans le conflit en cours.

sgh/cnp

PLUS:afp