NOUVELLES

Syrie: de plus en plus nombreux en Israël à demander leurs masques à gaz

25/07/2012 11:04 EDT | Actualisé 24/09/2012 05:12 EDT

"Il faut être prêts à toute éventualité quand on entend ce qui se passe en Syrie", affirme Benny Rahamim, venu mercredi récupérer six masques à gaz pour lui et sa famille à Mevasseret Tzion, près de Jérusalem.

Dans les centres qui distribuent depuis plus de deux ans des masques à gaz en Israël, la demande s'est soudain accrue, les autorités ayant exprimé ces derniers jours leurs inquiétudes sur le sort des stocks d'armes chimiques syriennes en cas de chute du président Bachar al-Assad.

Dans le centre commercial de Mevasseret Tzion, une banlieue cossue de Jérusalem, les gens n'attendent que quelques minutes pour recevoir gratuitement leurs masques, en échange d'une pièce d'identité.

"Il y avait des annonces dans le journal sur cette distribution, alors je suis venue prendre les masques pour toute la famille", explique Yfat, une jeune mère de famille, qui se dit "très inquiète".

"Comment ne pas être inquiet avec tout ce qui se passe alentour ?", s'interroge-t-elle, tout en précisant "qu'avoir des masques à gaz à la maison fait partie de la vie de chaque Israélien".

Sur les tee-shirts des employés de la Poste chargés de la distribution, on peut lire: "Prendre son masque, c'est faire le choix de la vie".

Après avoir vérifié l'identité de chaque demandeur, ils distribuent les précieuses boîtes, pendant que sur un écran des instructions sont diffusées en permanence pour expliquer comment utiliser les masques.

La distribution de masques à gaz a débuté en mars 2010 après une décision du gouvernement de doter de masques tous les Israéliens, soit environ 8 millions de personnes, d'ici la fin 2013.

Selon le ministère de la Défense passive, il s'agit de la première distribution de masse du genre depuis la première guerre du Golfe (1991). L'Irak avait alors tiré 39 missiles Scud contre le territoire israélien, à ogives conventionnelles, dont certains avaient touché Tel-Aviv et Haïfa.

L'ancien vice-ministre de la Défense Matan Vilnaï avait précisé en avril 2010 que la distribution n'était pas liée à "une menace précise". Mais Israël craint depuis plusieurs années d'éventuelles attaques chimiques ou bactériologiques en provenance d'Iran ou de Syrie.

L'évolution de la situation ces derniers jours en Syrie a provoqué une hausse de la demande de masques à gaz, explique une porte-parole de la Poste israélienne.

"Au lieu de 2.000 demandes quotidiennes, nous avons distribué près du double ces deux derniers jours", explique Merav Lapidot, précisant que la Poste israélienne a distribué 4,2 millions de masques à gaz depuis mars 2010.

Selon le président de la commission parlementaire de la Défense passive, Zeev Bielsky, tous les citoyens israéliens devraient être équipés d'ici peu.

"Des budgets ont été débloqués par le gouvernement et chaque Israélien devrait recevoir un masque à gaz", a-t-il dit à l'AFP.

Damas a reconnu lundi pour la première fois posséder des armes chimiques, affirmant qu'elles ne seraient jamais employées contre la population mais menaçant de les utiliser en cas d'intervention militaire étrangère.

Ces déclarations ont immédiatement suscité des mises en garde sur la scène internationale.

Le ministre israélien de la Défense Ehud Barak a lui indiqué dimanche qu'"Israël ne pourrait accepter le transfert d'armes sophistiquées de Syrie au Liban", en évoquant une possible réplique militaire israélienne dans un tel scénario.

Mais le chef d'état-major israélien, le général Benny Gantz, a assuré mardi que le régime de Bachar al-Assad "contrôlait ses stocks d'armes".

mib-dms/feb/cnp

PLUS:afp