NOUVELLES

PSA Peugeot Citroën: les syndicats appellent à la mobilisation en septembre

25/07/2012 03:13 EDT | Actualisé 24/09/2012 05:12 EDT

PARIS - Plusieurs centaines de salariés des usines PSA Peugeot Citroën en France ont manifesté mercredi devant le siège du groupe à Paris à l'occasion du comité central d'entreprise convoqué pour détailler le plan prévoyant 8000 suppressions de postes. La direction justifie ce plan par les difficultés économiques de l'entreprise, notamment une perte nette de 819 millions d'euros pour le premier semestre 2012.

Dès l'ouverture de ce CCE, mercredi matin, les syndicats ont voté à l'unanimité le lancement d'une expertise indépendante avec pour effet de repousser à la fin septembre ou au début octobre l'avis du comité sur le plan et sa mise en oeuvre.

«Nous avons fait reculer provisoirement, très provisoirement, la machine à licencier», a lancé le délégué syndical CGT Jean-Pierre Mercier aux manifestants rassemblés avenue de la Grande Armée dans le XVIe arrondissement de Paris. Il a appelé les salariés de tous les sites «à se mobiliser en septembre».

Pour justifier son plan d'économies, qui entraînera notamment la fermeture de l'usine d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) avec 3000 suppressions de postes, et 1400 suppressions d'emplois à Rennes (un quart des effectifs du site), PSA a annoncé juste avant le CCE une perte nette de 819 millions d'euros au premier semestre 2012 et un chiffre d'affaires en baisse de 5,1 pour cent pour le groupe, et de 10,5 pour cent pour la seule division automobile.

Selon un communiqué de la direction, la dette nette au 30 juin dernier s'établissait à 2,4 milliards d'euros, contre 3,4 milliards d'euros au 31 décembre 2011. Et selon la direction du groupe, les mesures d'économies devraient permettre de dégager 1,5 milliard d'euros à l'horizon 2015.

Outre les sites d'Aulnay et de Rennes, les autres suppressions de postes concerneront les fonctions support (administration) du groupe. La direction compte amortir le choc social par les départs volontaires, des mesures de mobilité interne, et l'ouverture de 1500 postes à l'usine de Poissy pour les salariés d'Aulnay.

PLUS:pc