NOUVELLES

Mali: Human Rights Watch accuse les putschistes de torture

25/07/2012 09:44 EDT | Actualisé 24/09/2012 05:12 EDT

DAKAR, Sénégal - Les forces loyales au chef des putschistes maliens sont responsables de la disparition d'une vingtaine de soldats qui auraient été torturés, accuse l'organisation Human Rights Watch (HRW) dans un rapport rendu public mercredi.

Selon l'organisation, les soldats portés disparus seraient liés au contre-coup d'État avorté du mois d'avril au Mali, un mois après que le capitaine Amadou Sanogo et ses hommes eurent renversé le président démocratiquement élu, Amadou Toumani Touré.

Ces soldats sont vraisemblablement morts pendant le contre-coup d'État, selon HRW. Ils ont été vus pour la dernière fois en pleine nuit, les yeux bandés et les mains attachées. Les détenus auraient été battus, poignardés, brûlés et certains auraient été agressés sexuellement.

Human Rights Watch appelle le gouvernement malien à enquêter sur ces cas de disparition et de torture.

«Les autorités maliennes ont le devoir (...) de s'assurer que ces crimes font l'objet d'une enquête et que les responsables soient traduits en justice», a déclaré Daniel Bekele, directeur pour l'Afrique chez Human Rights Watch.

Le gouvernement malien n'a pas réagi à ces allégations mercredi.

PLUS:pc