NOUVELLES

Les institutions somaliennes en préparation

25/07/2012 07:24 EDT | Actualisé 24/09/2012 05:12 EDT

Le gouvernement de transition somalien (TFG), accusé de corruption massive et soutenu à bout de bras par la communauté occidentale, doit être dissous le 20 août, pour céder la place à de nouvelles institutions, en vertu d'un accord entériné par l'ONU.

Une Constitution est notamment en cours de rédaction, qui s'appliquera en théorie à toutes les provinces somaliennes, Somaliland inclus. Les dirigeants de cette province auto-proclamée indépendante en 1991 refusent cependant de participer au processus institutionnel en cours.

QUI FAIT QUOI

Un comité technique de sélection a choisi un groupe de chefs coutumiers qui, à leur tour, ont désigné les membres d'une Assemblée constituante, qui votera une nouvelle Constitution pour le pays. Cette Constitution sera ensuite soumise à un référendum national.

Les chefs coutumiers, avec l'aide du comité technique de sélection, choisiront aussi les députés, qui éliront le président du pays, le président du Parlement et ses deux adjoints. Le président du pays désignera à son tour le Premier ministre, qui formera alors le Conseil des ministres.

LE COMITE TECHNIQUE DE SELECTION

Il est composé de 27 représentants, dont au moins neuf femmes, issus des principaux clans somaliens et approuvés par la classe dirigeante somalienne, très éclatée -- elle comprend des représentants de toutes les régions somaliennes, à l'exception du Somaliland. Deux postes de conseillers, sans droit de vote, sont occupés par des responsables du bureau politique des Nations unies pour la Somalie (UNPOS). Le comité compte encore sept observateurs étrangers.

LES CHEFS COUTUMIERS

Choisis par le comité de sélection, les 135 chefs coutumiers sont issus de chacun des clans qui peuplent la Somalie : 120 sont issus des quatre principaux clans somaliens (Darod, Hawiye, Dir et Rahanweyn) à raison de 30 chacun, et 15 autres d'une coalition des clans minoritaires.

L'ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUANTE

Elle comporte 825 membres, dont au moins 256 femmes (30%) et des représentants de la jeunesse, des responsables religieux, des chefs coutumiers, des membres de la communauté des affaires, des universitaires et des membres de la diaspora. Aucune personne ayant des antécédents de "crime grave ou de crime contre l'humanité" ne peut y participer.

LE PARLEMENT

Bicaméral, sa chambre basse est appelée "Chambre du peuple" et composée de 225 membres, dont 68 femmes (30%). La chambre haute compte un maximum de 54 membres. Chaque mandat du Parlement dure quatre ans. Le précédent Parlement de transition était composé de 550 membres.

LE PRESIDENT DU PAYS, LE PRESIDENT DU PARLEMENT ET SES ADJOINTS

Ils doivent être élus avant la date butoir du 20 août. De nombreux candidats seraient déjà en lice.

LE PREMIER MINISTRE

Il est nommé par le président du pays sous 30 jours.

LE CONSEIL DES MINISTRES

Formé par le Premier ministre, qui soumet ses choix au Parlement.

dw-pjm/hv/aud/ayv/aub

PLUS:afp