Huffpost Canada Quebec

Legault passe en mode électoral et attaque Charest

Publication: Mis à jour:
LEGAULT ROY CANDIDATE
Sylvie Roy en compagnie de son chef, François Legault | SRC

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, multiplié les attaques mercredi contre le premier ministre Jean Charest, qui laisse toujours planer le mystère sur le déclenchement d'élections au Québec.

De passage à Victoriaville pour y présenter la candidature de Sylvie Roy dans la circonscription d'Arthabaska, François Legault en a profité pour décocher plusieurs flèches contre le premier ministre et son gouvernement.

Le chef de la CAQ a d'abord ouvert les hostilités en émettant des doutes sur la viabilité du récent plan de relance de la mine d'amiante Jeffrey, à Asbestos.

Selon lui, aucune banque n'aurait accepté de garantir les prêts consentis pour relancer cette usine. Il a également souligné que le principal client de la mine Jeffrey était en Thaïlande alors que le pays s'apprête à bannir lui aussi l'amiante sur son territoire.

François Legault n'a par ailleurs pas manqué de souligner au passage le fait que les propriétaires de la mine Jeffrey sont d'importants contributeurs du Parti libéral du Québec.

« Les deux mains dans nos poches »

Le chef de la CAQ s'est ensuite attaqué au bilan des libéraux qu'il a accusés d'avoir fait gonfler la dette du Québec de 70 milliards de dollars au cours des neuf dernières années. Selon M. Legault, le tiers de la dette actuelle de la province est attribuable au gouvernement de Jean Charest.

« Jean Charest qui nous avait dit qu'il avait les deux mains sur le volant. Ce qu'on a vu c'est qu'il a les deux mains dans nos poches », a ironisé le chef de la CAQ.

François Legault a a jouté qu'en 2003, le Québec était la 4e province la plus riche au Canada et qu'en 2012, il était passé au 9e rang, tout juste devant l'Île-du-Prince-Édouard en matière de revenus disponibles.

Le chef de la Coalition avenir Québec a enchaîné avec une critique du Plan Nord qui dans sa forme actuelle, a-t-il dit, prive l'État québécois de sa juste part de profit pour les ressources minières qu'il laissera filer à l'étranger sans que le minerai ne soit transformé ici.

En ce qui a trait au possible déclenchement d'une campagne électorale sous peu, François Legault s'est dit prêt à en découdre.

Selon lui, les libéraux ont intérêt à déclencher ces élections tout juste avant la reprise des travaux de la commission Charbonneau sur l'industrie de la construction.

« M. Charest, depuis 23 jours, a fait 118 annonces pour un total de 1,4 milliard de dollars. De toute évidence, il va y avoir une campagne électorale. M. Charest a voulu cacher l'éléphant dans la pièce avec la crise étudiante, mais les gens vont revenir sur ce problème de la corruption dont on discute depuis deux ans », a prédit François Legault sur les ondes de RDI.

Pour ce qui est de ses troupes, François Legault a expliqué que les autobus de campagne sont prêts, que la plateforme du parti est prête et qu'il aura 125 candidatures à présenter au déclenchement des élections.

Par ailleurs, l'ex-député adéquiste de Lotbinière, Sylvie Roy, dont la circonscription a été abolie, se présentera aux prochaines élections dans la circonscription d'Arthabaska. Souligant que sa circonscription originale avait été divisé dans trois autres circonscriptions, Mme Roy a expliqué avoir choisi Arthabaska, car c'est là où elle sera le plus près de son travail et par le fait même en mesure de mieux servir ses électeurs.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Les réactions Twitter à la candidature de Léo Bureau-Blouin
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Legault passe en mode électoral et attaque Charest

Élections cet été? « Un manque de respect », dit Marois

Élections 2.0: faire campagne en 140 caractères

Élections en vue

La CAQ veut préciser «Équipe François Legault» sur les bulletins de ...

Sylvie Roy a fait un choix «déchirant»

Un candidat caquiste remercié pour des propos controversés sur ...

Scrutin provincial en septembre: les signes se multiplient