NOUVELLES

JO-2012: conditions "inacceptables" de fabrication des mascottes (ONG)

25/07/2012 04:22 EDT | Actualisé 23/09/2012 05:12 EDT

Une association de protection des salariés s'est élevée mercredi contre la fabrication en Chine dans des conditions "inacceptables" de marchandises vendues pendant les jeux Olympiques de Londres, dont les mascottes Wenlock et Mandeville.

Les ouvriers de deux usines chinoises fabriquant ces produits ont travaillé chaque mois 120 heures de plus que la durée légale, soit près de trois fois le niveau autorisé, et ont été exposés à des vapeurs chimiques sans protection adéquate, selon la Sacom, une association basée à Hong Kong.

"Nous sommes très déçus car ces pratiques sont inacceptables", a déclaré à l'AFP Debby Chan, la porte-parole de l'association Etudiants et universitaires contre la mauvaise conduite des entreprises (Sacom).

La Sacom a interviewé 90 salariés de deux usines situées dans la province de Canton (sud de la Chine) en mai et juin.

Les usines sont gérées par deux groupes de Hong Kong, Key Pine et Zindart Manufacturing.

Certains employés ont indiqué avoir inhalé de la peinture, avoir perdu une demi-journée de salaire pour un retard de cinq minutes et du commencer la journée à 08h00 du matin après avoir terminé la veille à minuit.

Ces conditions violent les codes d'éthique et de fourniture durable mis en avant par le Comité d'organisation de Londres, selon la Sacom.

"Ces violations flagrantes des droits montrent que les codes du Comité ne valent que sur le papier et n'engagent aucunement à respecter les critères du droit du travail", a estimé l'ONG dans un rapport.

L'association, qui a par le passé dénoncé les conditions de travail dans les usines chinoises fabriquant des produits Apple, a demandé au Comité d'enquêter sur ces usines chinoises.

Interrogés par l'AFP, Zindart a indiqué mener une enquête sur ces accusations, tandis qu'un représentant de Key Pine a déclaré ne pas être au courant de ce rapport.

ly/smc/ao/fmp/heg

PLUS:afp