NOUVELLES

JO-2012 - Ici Londres, la gazette des JO

25/07/2012 12:28 EDT | Actualisé 24/09/2012 05:12 EDT

EXPRESS. Avec sa partenaire Heather Stanning, Helen Gloven est entrée dans l'histoire mercredi sur le bassin d'Eton. Elles ont offert à la Grande-Bretagne un premier titre olympique très attendu depuis l'ouverture des JO-2012. Elles sont aussi devenues les premières Britanniques à se couvrir d'or en aviron. Ce qui est plus remarquable encore, c'est que Gloven, une institutrice de 26 ans, a découvert l'aviron il y a seulement... quatre ans. Et ce à cause de sa mère qui a répondu à une petite annonce passée par le comité olympique britannique à la recherche de talents en vue des JO de Londres. Avec son passé de joueuse de hockey sur gazon et de coureuse de demi-fond, Gloven a fait rapidement sensation, jusqu'à l'apothéose olympique.

ÉCLIPSE. Beaucoup de nations se satisferaient d'avoir remporté un titre olympique, cinq médailles d'argent et deux de bronze dans les bassins. Pas l'Australie, qui est sur le point de réaliser en natation son plus mauvais bilan olympique depuis 20 ans! Il faut dire que les nageurs "aussies" avaient ramené cinq médailles d'or de Sydney (2000), sept d'Athènes (2004) et six de Pékin (2008). La plus grande déception est venue de James Magnussen, "seulement" 2e du 100 m nage libre, l'épreuve reine dont il était le grand favori. "Ces Jeux ont été durs à vivre. On dit que ce qui ne vous tue pas, vous rend plus fort, je devrais sortir plus fort comme nageur, mais aussi comme personne", a-t-il espéré.

EFFIGIE. La Poste britannique (Royal Mail) s'est mise à l'heure olympique, en éditant en moins de 24 heures deux timbres à l'effigie du duo Helen Glover-Heather Stanning, qui a apporté à la Grande-Bretagne sa première médaille d'or aux Jeux de Londres en aviron, et de Bradley Wiggins, vainqueur du contre-la-montre olympique. "C'est extraordinaire", ont commenté les rameuses en découvrant une reproduction géante du timbre "Gold Medal Winner" (vainqueur de la médaille d'or) orné de leur photo sur le plateau de la BBC. La Royal Mail poussera même l'hommage jusqu'à repeindre couleur or l'une de ses fameuses boîtes aux lettres rouges dans chacune des deux villes natales des deux championnes d'aviron.

ÉTHYLOTEST. Membre du huit australien qui a terminé dernier de la finale olympique d'aviron, Josh Booth a voulu noyer son chagrin avec quelques pintes de bière. Plus que de raison apparemment, puisqu'au sortir de cette soirée arrosée, il a été arrêté par la police pour avoir endommagé la vitrine d'un magasin d'Eton où avaient lieu les régates olympiques. L'Australien de 21 ans s'est même blessé à la tête, mais a été rapidement relâché par la police locale qui a renoncé à lancer une procédure judiciaire à son encontre. Il risque toutefois une sanction disciplinaire de la part du Comité olympique australien qui a lancé une enquête interne.

ÉMULATION. La nageuse australienne Sally Foster s'est trouvée un beau livre de chevet pour les JO de Londres, le journal de bord tenu par une grande-tante lors de sa participation aux jeux Olympiques 1936. "Elle raconte notamment qu'il leur avait fallu huit semaines pour atteindre Berlin et qu'elle avait participé à la cérémonie d'ouverture où ils ont dû défiler devant Hitler", a raconté Foster. Sa grande-tante, Evelyn de Lacy, participait aux épreuves de natation, mais s'était arrêtée en demi-finale. Sally Foster aura l'occasion de poursuivre cette saga familiale et peut-être la finir en beauté, jeudi lors de la finale du 200 m brasse.

ÉCHEC. L'Américain Michael Hunter a connu une double désillusion mercredi dans le tournoi olympique de boxe: il s'est incliné dès son entrée en lice contre le Russe Artur Beterbiev et, plus douloureux, il n'a pas pu tenir la promesse faite à son père, décédé en 2006. "Je lui avais juré peu avant qu'il ne parte que j'allais remporter une médaille d'or olympique", a rappelé Hunter, 24 ans. En 2008, Hunter, dont le père fut professionnel de boxe, avait dû renoncer aux JO de Pékin à cause d'une intoxication alimentaire. Il pourrait maintenant continuer chez les amateurs jusqu'aux JO-2016 de Rio. Au nom de son père...

ÉCLABOUSSÉ. Le ministre indonésien des Sports a réclamé jeudi une révision des règles des compétitions de badminton aux jeux Olympiques après l'exclusion de la paire indonésienne, accusée de ne pas avoir tout fait pour gagner son dernier match de poules. "Nous respectons la décision, mais nous voulons que la Fédération internationale revoit le système de compétition qu'ils utilisent", a déclaré le ministre, Andi Mallarangeng. Greysia Polii, l'une des joueuses indonésiennes exclues, a assuré qu'elle n'avait pas voulu perdre. "Pour moi en tant que joueuse, cette décision semble bien entendu injuste, mais nous avons livré une belle bataille... Nous n'avons jamais voulu perdre".

EURASIEN. Tagir Khaibulaev a apporté jeudi la deuxième médaille d'or de la semaine au Daguestan. Le judoka, titré en -100 kg sous les yeux de Vladimir Poutine, dispute les JO sous le drapeau russe mais il est le second vainqueur du tournoi olympique de judo à être originaire de cette république du Caucase russe, voisine de la Tchétchénie après Mansur Isaev (-73kg). Le champion olympique des -60kg, Arsen Galstyan, est lui d'origine arménienne.

bur/el/heg

PLUS:afp