NOUVELLES

Deux nouveaux ambassadeurs syriens font défection (Maison Blanche)

25/07/2012 05:46 EDT | Actualisé 24/09/2012 05:12 EDT

La Maison Blanche a indiqué mercredi que deux nouveaux ambassadeurs syriens, en poste à Chypre et aux Emirats arabes unis, avaient fait défection, un signe de plus selon la présidence américaine que les jours du régime de Bachar al-Assad sont "comptés".

"Nous pouvons confirmer les défections des ambassadeurs syriens, tant aux Emirats arabes unis qu'à Chypre", a déclaré le porte-parole du président des Etats-Unis Barack Obama, Jay Carney, aux journalistes à bord de l'avion Air Force One.

"Il s'agit d'un nouveau signe, à notre avis, que des hauts responsables du cercle rapproché d'Assad fuient le gouvernement à cause des actes haïssables entrepris par Assad contre son propre peuple", a ajouté M. Carney, dans cet avion qui transportait M. Obama vers La Nouvelle-Orléans (Louisiane, sud).

Le porte-parole a également estimé que ces défections montraient que "les jours d'Assad sont comptés".

Elles avaient déjà été annoncées par deux sources anonymes à l'AFP à Dubaï. Les deux diplomates, Lamia Hariri, en poste à Nicosie, et Abdel Latif al-Dabbagh, à Abou Dhabi, sont mariés, selon ces sources, dont une de l'opposition syrienne.

Un responsable du département d'Etat a précisé à l'AFP que "Dabbagh avait fait défection vers le Qatar (voisin des Emirats, ndlr) pour venir grossir les rangs des Syriens qui font ce qu'il faut pour le peuple de Syrie". Cela signifie, a poursuivi le diplomate américain, que "le régime (...) s'effondre et perd le contrôle du pouvoir".

Les défections de Mme Hariri et M. Dabbagh sont les troisièmes de chefs de mission diplomatiques syriens en moins de deux semaines. Le 12 juillet, l'ambassadeur de Syrie à Bagdad, Nawaf Farès, avait abandonné le régime et appelé l'armée à "rejoindre immédiatement les rangs de la révolution".

Sa défection portait un nouveau coup au régime de Bachar al-Assad, quelques jours après celle de Manaf Tlass, un général proche du président syrien.

Le porte-parole de la Maison Blanche a également jugé que le recours à des moyens aériens par Damas contre les rebelles était la preuve de sa "perversité". "Un assaut est en cours à Alep en Syrie. Le gouvernement Assad, selon des informations, est en train d'utiliser ds hélicoptères, des avions et des chars pour perpétrer des violences haïssables contre les Syriens et des civils sans armes. Nous condamnons cela", a affirmé M. Carney.

Alep, deuxième ville et poumon économique du pays resté au départ à l'écart de la révolte qui secoue la Syrie depuis mars 2011, a sombré depuis vendredi dans un conflit ouvert entre le régime Assad et l'Armée syrienne libre (ASL).

A Damas, l'armée régulière bombardait mardi l'un des derniers bastions rebelles de la ville, faisant usage d'hélicoptères et de mitrailleuses lourdes, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

tq-jkb-nr/sam

PLUS:afp