Alep, poumon économique de la Syrie, était mercredi en proie pour le sixième jour consécutif à de violents combats entre rebelles et forces du régime, ces dernières ayant lancé à Damas une offensive contre l'une des dernières poches de résistance rebelle de la capitale.

La métropole du Nord, qui s'est longtemps tenue éloignée des troubles entamés dans le pays il y a plus de 16 mois, est désormais le nouveau front dans la contestation anti-régime, lancée par des manifestations pacifiques et désormais largement militarisée face à la répression sanglante de Damas.

Mercredi, l'armée pilonnait plusieurs secteurs, recourant notamment à des hélicoptères mitraillant le quartier de Boustane al-Kasr où se déroulaient des combats, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) qui a fait état de "morts et de blessés" sans plus de précisions. D'autres combats ont éclaté à l'aube dans d'autres secteurs.

Des avions militaires survolaient la ville, franchissant le mur du son, mais sans bombarder, a affirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, président de l'OSDH.

Pour le géographe Fabrice Balanche, directeur du Groupe de Recherches et d'Etudes sur la Méditerranée et le Moyen-Orient, les quartiers tenus par l'opposition sont les plus pauvres.

Les quartiers centraux et ceux de l'ouest peuplés par la bourgeoisie, les chrétiens et surtout les Alépins d'origine échappent eux toujours aux rebelles.

Selon un premier bilan de l'OSDH, 19 personnes, dont 18 civils, ont déjà été tuées mercredi dans des violences, au lendemain d'une journée marquée par la mort de 158 personnes, dont une centaine de civils.

Compte tenu des restrictions imposées à la presse par Damas et de la décision de l'ONU de ne plus comptabiliser les morts, il est impossible d'obtenir un bilan de source indépendante.

A Damas, l'armée régulière, qui a repris lundi le contrôle de la plus grande partie de la capitale selon l'OSDH, bombardait Hajar el-Aswad, un des derniers bastions rebelles de la capitale, notamment à l'aide d'hélicoptères, et tirait avec des mitrailleuses lourdes, selon l'OSDH.

Par ailleurs, la contestation, qui a déjà gagné l'ensemble du pays, s'est étendue aux prisons, où plusieurs mutineries mobilisent également les forces de l'ordre notamment à Homs (centre) dont l'assaut s'est soldé par "des morts et des blessés", a indiqué l'OSDH sans préciser le bilan.

Face à la poursuite des violences, l'Union européenne a pris de nouvelles sanctions contre Damas, prévoyant notamment un renforcement des contrôles de l'embargo sur les armes transportées par des navires et aéronefs. Moscou a condamné ces mesures, y voyant "un blocus aérien et maritime".

Alors que les bilans s'alourdissent et que les violences redoublent dans le pays, où plus de 19.000 personnes ont perdu la vie depuis mars 2011 selon l'OSDH, deux observateurs de l'ONU à Damas ont affirmé à l'AFP que la moitié des 300 observateurs avaient quitté le pays.

Dans ce contexte, le chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Hervé Ladsous, et le général Babacar Gaye, principal conseiller militaire de l'ONU et désormais à la tête des observateurs, sont arrivés à Damas alors que leur mission a été prolongée vendredi pour une "ultime période de 30 jours".

La chargée d'affaires syrienne à Chypre, Lamia Hariri, a bien fait défection, a confirmé une source syrienne. Cette défection est la deuxième du genre depuis mars 2011.

Le mari de Mme Hariri, ambassadeur syrien aux Emirats arabes unis, aurait également quitté son poste, selon Al-Jazeera, ce que cette source n'a pas confirmé.

De son côté, le général Manaf Tlass, plus haut gradé à avoir déserté, a appelé les Syriens à "s'unir (...) pour construire une nouvelle Syrie", dans sa première déclaration publique depuis sa défection le 6 juillet.

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a de son côté appelé à "travailler étroitement avec l'opposition parce qu'elle gagne de plus en plus de terrain"

Son homologue russe Sergueï Lavrov a dénoncé une "justification du terrorisme", accusant Washington de ne pas avoir pas condamné l'attentat, revendiqué par l'ASL, dans lequel quatre hauts responsables de l'appareil sécuritaire syrien ont été tués.

Mme Clinton a en outre exhorté les rebelles "à sécuriser les armes chimiques et bactériologiques" du régime.

Mardi, l'ASL a affirmé que le régime avait "transféré certaines de ses armes chimiques) (...) vers des aéroports à la frontière".

Israël a répliqué mercredi qu'il agirait de façon "immédiate" et aussi "dure que possible" en cas de transfert d'armes chimiques au Hezbollah libanais.

Moscou a toutefois assuré que Damas lui avait donné des "garanties fermes" selon lesquelles ses armes chimiques se trouvaient en parfaite sécurité.

Loading Slideshow...
  • *ATTENTION: CERTAINES IMAGES PEUVENT CHOQUER*

  • Capture d'une vidéo amateur

    Des familles amassées autour de proches tués.

  • Capture d'une vidéo amateur

    Funérailles de victimes tuées dans les violences en Syrie.

  • Image prise par un citoyen

  • Capture d'une vidéo amateur

  • Capture d'une vidéo amateur

  • Photo prise par un citoyen

    Des enfants chantent des slogans et tiennent une pancarte sur laquelle nous pouvons lire «être patient est bien, et Dieu seul peut aider, M. Annan».

  • Photo prise par un citoyen

    Des Syriens enterrent un enfant

  • Photo prise par un citoyen

    Manifestation contre le régime de Bachar El-Assad

  • Photo prise par un citoyen

    Manifestation contre le régime de Bachar El-Assad

  • Photo prise par un citoyen

    Un jeune garçon syrien tient une pancarte sur laquelle nous pouvons lire «un message pour Bachar: tu peux couper l'eau et l'électricité, mais tu ne peux pas empêcher la prière».

  • Photo prise par un citoyen

    Manifestation contre le régime de Bachar El-Assad

  • Photo prise par un citoyen

    Manifestation contre le régime de Bachar El-Assad

  • Photo prise par un citoyen

    Des enfants manifestent contre le régime de Bachar El-Assad

  • Photo prise par un citoyen

    Des Syriens prient lors d'une manifestation anti-Assad

  • Photo prise par un citoyen

    Manifestation contre le régime de Bachar El-Assad

  • Photo prise par un citoyen

  • Photo prise par un citoyen

  • Photo prise par un citoyen

  • Photo prise par un citoyen

    Une petite fille tient l'image de sa famille en deuil

  • Photo prise par un citoyen

    Des enfants syriens tués dans les violences

  • Photo prise par un citoyen

  • Photo prise par un citoyen

    Une jeune fille syrienne scande des slogans anti-Assad