NOUVELLES

Aviron: les Britanniques favoris à domicile

25/07/2012 11:51 EDT | Actualisé 24/09/2012 05:12 EDT

LONDRES - Grande nation de rameurs, la Grande-Bretagne fera figure d'épouvantail sur les eaux du lac Dorney quand débuteront les épreuves olympiques d'aviron le 28 juillet.

Les Britanniques ont remporté le plus grand nombre de médailles en aviron lors des Jeux de Pékin en 2008 et des Mondiaux en Slovénie l'an dernier. Leur forme aux récentes épreuves de Coupe du monde suggère qu'ils ramasseront encore le plus grand nombre de médailles.

«Nous sommes en course pour avoir les meilleurs résultats jamais réalisés d'une équipe de Grande-Bretagne», a déclaré le directeur de l'aviron britannique David Tanner.

L'aviron est le seul sport dans lequel les Britanniques ont glané l'or à chaque olympiade depuis 1984.

La Grande-Bretagne sera l'équipe à battre en quatre sans barreur chez les hommes et en deux sans barreur et deux de couple chez les femmes.

L'Australie, la Nouvelle-Zélande et l'Allemagne pourraient néanmoins venir jouer les trouble-fête. Ces pays ont accumulé les bonnes performances aux Mondiaux en Slovénie.

Les Australiens ont réalisé leurs meilleurs Mondiaux l'an dernier en remportant dix médailles. La bataille avec la Grande-Bretagne promet d'être épique en quatre sans barreur où Drew Ginn ira chercher un quatrième titre olympique.

La Nouzelle-Zélande comptera sur Mahe Drysdale en skiff chez les hommes, ainsi que sur le duo champion du monde formé par Hamish Bond et Eric Murray en deux sans barreur. Chez les femmes, Louise Ayling et Julia Edward peuvent espérer l'or en deux de couple poids léger.

L'Allemagne est l'unique nation qui est parvenue à se qualifier dans les 14 catégories olympiques de l'aviron. Son équipe en huit chez les hommes est invaincue depuis 2009.

La course la plus excitante de ces Jeux pourrait se dérouler en huit chez les femmes, où les Etats-Unis, champions olympiques en titre, défendront une invincibilité longue de six ans. Les Américaines furent proche de la perdre lors d'une régate à Lucerne en mai, où elles ne s'imposèrent que de trois centièmes face au Canada.

«Ça montre que le huit féminin à Londres sera à couper le souffle, pronostique la rameuse américaine Mary Whipple. Nous savons qu'il faudra se battre pour chaque centimètre.»

Parmi les meilleurs rameurs du monde figurera la Bélarusse Ekaterina Karsten. Surnommée «la reine du skiff», la quadragénaire essaiera de gagner une sixième médaille en autant d'olympiades.

PLUS:pc