NOUVELLES

Afrique du Sud: le projet de label "Made in Palestine" en préparation (ministre)

25/07/2012 05:58 EDT | Actualisé 24/09/2012 05:12 EDT

Le ministre sud-africain du Commerce Rob Davies a indiqué mercredi qu'il "préparait une série d'options en vue d'une d'une décision gouvernementale" concernant le projet d'imposer un label sur les produits importés des Territoires palestiniens occupés.

"Le temps de la consultation publique est fini (depuis le 11 juillet, ndlr) et nous allons préparer une série d'options en vue d'une décision du conseil des ministres", a déclaré le ministre en réponse à une question de l'AFP, en marge d'un petit-déjeuner avec des industriels sud-africains. Il n'a pas été en mesure de préciser une date.

"Il est de notre responsabilité de garantir que cette question d'un label approprié soit traitée (...) quelle terminologie sera adoptée, je ne sais pas. Mais c'est une question débattue dans le monde dans plusieurs pays", a-t-il ajouté, citant la Suisse.

Le 14 juillet, son collègue, ministre délégué aux Affaires étrangères, Marius Fransman, a prononcé un long discours sur ce sujet au Cap.

"La diplomatie économique peut être l'une des armes les plus efficaces pour changer la situation palestinienne. Les Palestiniens et leurs soutiens, inspirés par le boycott économique de l'Afrique du Sud du temps de l'apartheid cherchent depuis des années à imiter notre succès dans ce domaine", a-t-il dit.

"Jusqu'à présent, la campagne de boycott a eu un effet économique négligeable mais la voix d'un gouvernement comme le nôtre pourrait donner un coup de pouce symbolique", a-t-il ajouté.

Les premières mesures de boycott économique contre le régime raciste de l'apartheid ont démarré dans les années 1960, doublées à partir de 1968 d'un boycott sportif, culturel et éducatif à l'appel de l'ONU, puis d'un embargo sur les armes en 1977 et d'un blocus économique de 1985 à 1990.

"Notre position politique sur la situation en Palestine est indubitablement marquée par notre propre histoire d'oppression et d'abus des droits de l'homme", a ajouté M. Fransman, citant dans son discours le poète palestinien Mahmoud Darwish, Albert Luthuli --ancien président de l'ANC et prix de Nobel de la paix 1960--, Nelson Mandela et Che Guevara.

Pretoria se propose d'imposer un étiquetage spécifique des produits venant des colonies juives, l'Afrique du Sud ne reconnaissant pas les frontières de 1967 comme celles d'Israël.

L'Afrique du Sud n'appelle pour autant pas au boycott des produits d'Israël, pays avec lequel le pays entretient traditionnellement de bonnes relations.

clr/ej

PLUS:afp